Sida : le combat s’intensifie

D'ici à 2030, espère l'Onusida, l'épidémie de sida pourrait être enrayée. Alors que 36,9 millions de personnes vivent actuellement avec le VIH, l'objectif est ambitieux, mais les laboratoires pharmaceutiques se sont engagés tête baissée dans le défi.

Ces dix dernières années, écrivent Les Echos (page 15), plus de 8 milliards de dollars ont été consacrés à la recherche sur des vaccins, donnant lieu à près de 37.000 communications scientifiques sur le sujet.

Près de 15 sérums seraient actuellement à l'étude, chacun avec sa spécificité. Certains ciblent directement le virus, d'autres, tel celui d'InnaVirVax, s'attaquent à la surexpression immunitaire.

Selon le quotidien économique, le vaccin (VAC-3S) de cette start-up du Genopole d'Evry, "aide les organismes infectés à empêcher la destruction des cellules immunes CD4 responsable de l'immunodépression rendant l'organisme plus vulnérable aux infections les plus bénignes". Une remontée immunitaire a déjà été constatée chez les patients qui ont reçu le vaccin.

"Permettre aux malades de se passer de traitement en redonnant le contrôle naturel de l'infection à l'organisme', est aussi l'objectif de Theravectys. Cette biotech française utilise un autre procédé, soulignent Les Echos : les "vecteurs lentiviraux", sorte de virus dérivé du VIH et "génétiquement inactivé pour transporter un ADN vaccinal au cœur du noyau des cellules du système immunitaire et ainsi doper les défenses naturelles'.

Les résultats obtenus avec les traitements préventifs sont également de plus en plus satisfaisants. Par exemple, pris dans les quatre heures avant ou après un rapport sexuel à risque, le Truvada® est efficace à 100% contre la contamination. De fait, rapporte Le Figaro (page 17), le ministère de la Santé vient d'accorder son remboursement intégral. "Cette décision sera effective au début de l'année 2016", a précisé Marisol Touraine le 23 novembre à l'Assemblée nationale

A lire aussi – Vers des fonds de pension à la française

Lors d'une conférence organisée par la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) sur la réglementation financière et le climat, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a milité pour que les 130 milliards d'euros d'encours des activités de retraite professionnelle "puissent être mobilisés, au bon niveau, pour le financement de l'économie, et notamment de la transition énergétique".

Ces activités, comme les plans d'épargne pour la retraite collectif (Perco) ou les contrats de retraite supplémentaires conclus dans le cadre d'une entreprise par exemple, ces activités doivent être assujetties à Solvabilité 2, rappellent Les Echos (page 34). Or, ce régime ne paraît pas être "le plus adapté" aux yeux d'Emmanuel Macron, "au vu de la spécificité des engagements et des investissements que ces activités représentent".

Sous Solvabilité 2, explique le quotidien économique, il sera, pour un assureur, "plus pénalisant, en termes de fonds propres à immobiliser, d'investir en actions. Et l'équation sera encore plus compliquée pour les produits d'épargne retraite, dont les engagements courent souvent sur plusieurs dizaines d'années".

De ce fait, l'objectif du ministère de l'Economie est de "mettre en place un régime prudentiel ad hoc qui permette aux structures gérant des engagements de retraite professionnelle d'avoir des allocations d'actif cohérentes avec les caractéristiques de leur passif, sans, évidemment, remettre en cause le niveau de prudence vis-à-vis des assurés".

En bref

Social

– "La généralisation du tiers payant votée à l'Assemblée nationale." Les députés ont approuvé vendredi, à main levée, la généralisation du tiers payant d'ici à fin 2017. Le vote de l'ensemble du projet de loi de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, est programmé mardi après-midi. Il doit être adopté définitivement par le Parlement avant la trêve de fin d'année. Les Echos page 7.

– "Malakoff Médéric : Guillaume Sarkozy poussé vers la sortie." Alors que Malakoff-Médéric et la Mutuelle générale terminent leur rapprochement, les partenaires sociaux du groupe de protection sociale ont décidé de se séparer de son délégué général, Guillaume Sarkozy. De"vives tensions" ayant éclaté lors d'une récente réunion entre les deux groupes seraient à l'origine de cette situation. Deux dirigeants de La Mutuelle générale, Stanislas Bressange, le directeur général délégué, et Thierry Leleu, le directeur des systèmes d'information, seraient également sur le départ. Les Echos page 34 et le Monde Economie et entreprise page 4.

– "L'entraide, une nouvelle donne ?" Avec les développements des réseaux sociaux, une nouvelle idéologie semble poindre : celle de l'entraide. Elle a toujours existé, selon certains, mais elle est plus visible avec les nouveaux modes de communication. Le Figaro page 20.

– "Bataille pour la présidence du Cese." Depuis le 15 novembre, le mandat de cinq ans des 233 précédents conseillers du Conseil économique, social et environnemental (Cese), troisième assemblée de France après l'Assemblée nationale et le Sénat, est terminé. Les nouveaux membres, dont 193 ont été nommés par leurs organisations respectives (patronat, syndicats, associations) et 40 ont été désignés par le gouvernement comme « personnalités qualifiées », vont se réunir en assemblée plénière demain afin d'élire leur président. Le Figaro page 29.

Santé

– "Insuffisance respiratoire chronique : parfois plus vivable." Principale cause de l'insuffisance respiratoire : la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), qui n'est diagnostiquée que dans 30% des cas, est la 5e cause de décès en France. Cette réduction irréversible du diamètre des bronches est surtout due au tabac et peut se doubler d'emphysème, une perte d'élasticité des alvéoles pulmonaires qui ne se vident pas bien. Certains malades atteignent le stade de l'insuffisance respiratoire chronique sans que leur BPCO ait été diagnostiquée et traitée. Le Figaro page 18.

– "Les centres de traumatologie doivent-ils être renforcés ?" Après un accident, seuls 15% des victimes rétablies sont en capacité de reprendre leur emploi initial. Si la prévention est un préalable indispensable, le système de santé doit offrir les meilleurs soins pour atténuer les conséquences dévastatrices de ces accidents, et pas seulement du point de vue physique. Le Figaro page 19.

Et aussi

– Dans une interview, Severin Schwan, directeur général du groupe Roche, évoque le programme du laboratoire en matière de recherche et développement dans la lutte contre le cancer. Les Echos page 20.

– Le docteur Jacques Furlan, 61 ans, comparait aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines (Moselle) accusé d'avoir rédigé des "ordonnances de complaisance" au profit d'usagers du Subutex®, ce produit de substitution à l'héroïne. Libération pages 20 et 21.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)