croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Sida : « La course au vaccin sera longue »

Fernando Arenzana-Seisdedos, médecin et virologue à l’Institut Pasteur (Paris).

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre, le Dr Fernando Arenzana-Seisdedos, médecin et virologue à l’Institut Pasteur (Paris), fait le point sur l’état de la recherche. De nouveaux traitements sont en cours d’élaboration qui permettront d’allonger la durée de vie des malades. Quant à la mise au point d’un vaccin, elle reste impossible à dater même si elle "n’est pas une utopie".

Quelles sont les recherches actuelles les plus prometteuses ?

Dr Fernando Arenzana-Seisdedos – Nous essayons actuellement de mieux comprendre le fonctionnement du cycle du virus afin de développer de nouvelles thérapeutiques. Les recherches s'effectuent notamment sur des macaques. Elles permettent d'analyser la destruction de cellules lymphocytes par le virus. Ces globules blancs jouent un rôle majeur dans le système immunitaire. A court et à moyen termes, la recherche sur les traitements constitue la principale réponse au sida. Ces traitements permettront notamment d'augmenter encore plus la durée de vie des malades.

Depuis plusieurs années, on évoque également la piste d'un vaccin. Qu'en est-il aujourd’hui ?

Dr Fernando Arenzana-Seisdedos – La recherche d'un vaccin nous pose malheureusement de gros soucis. Malgré les progrès réalisés dans la compréhension des mécanismes fondamentaux de la vaccination, nous ne trouvons pas de réponses vaccinales suffisantes et protectrices. Toutefois, l'Institut Pasteur travaille à la mise au point d'un vaccin préventif, réalisé à partir du vaccin contre la rougeole. Les premiers essais cliniques doivent avoir lieu en 2009. Un vaccin thérapeutique est également à l'étude, destiné aux patients contaminés par le VIH. Quels que soient les projets, la course au vaccin sera longue et sa mise sur le marché est impossible à dater. Pour autant, le vaccin n'est pas une utopie !

Etes-vous confiant pour l'avenir de la lutte contre ce fléau ?

Dr Fernando Arenzana-Seisdedos – Il faut rester raisonnablement optimiste, car la science progresse et les résultats accomplis sont déjà énormes. Nous sommes bien arrivés autrefois à mettre au tapis le virus de la variole ! Malgré les évolutions positives, les traitements contre le sida sont peu disponibles dans les continents faiblement développés comme l'Afrique sub-saharienne et l'Asie. Leur population a difficilement accès aux thérapeutiques des pays riches. En outre, les traitements ne sont pas efficaces, car ils sont souvent incomplets, ou ne sont pas appliqués. La lutte contre le sida manque ainsi de moyens au niveau planétaire. Les efforts doivent donc être menés de manière globale par leensemble des nations. Pour lutter contre la maladie, continuons à approfondir nos connaissances sur le virus, à améliorer les traitements et à développer la recherche sur le vaccin.

Propos recueillis par Christophe de La Mure

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)