croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Sida : l’épidémie diminue mais…

"Enfin, l’épidémie de sida reflue", titre aujourd’hui Libération (page 15). Toutefois, le soulagement de ce quotidien n’est que relatif, car il existe en effet un paradoxe "qui n’est pas sans soulever de graves incertitudes pour l’avenir" : "Les pratiques à risque sont de plus en plus banalisées dans la communauté gay."

Ce constat, mentionné également dans Le Figaro (page 11), est tiré du numéro spécial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) que publie aujourd’hui l’Institut de veille sanitaire (InVS). Selon ce document, la prévention et les médicaments ont certes fortement fait baisser la mortalité liée au HIV. En 2006, 298 cas ont été mortels alors qu’avant 1997, année où les thérapies antivirales ont été mises en circulation, on en comptait plusieurs milliers.

De la même façon, le nombre de cas observés est en diminution, indique L’Humanité (page 10). Il y a eu en France, "l’un des pays les plus touchés en Europe de l’Ouest", 6.300 nouveaux cas en 2006, contre 6.700 l’année précédente. Au total, 130.000 personnes vivent donc en France avec le sida.

Autre recul notable, souligne à son tour La Croix (page 8), "le diagnostic de l’infection est aujourd’hui plus précoce". En effet, alors qu’en 2003, 20% des personnes avaient découvert leur contamination au stade du sida, ils n’étaient plus que 14% en 2006.

Pour cette même année, poursuit ce quotidien, les modes de contamination n’ont bien sûr pas tous été les mêmes. Les rapports hétérosexuels sont à l’origine de 48% des contaminations. Viennent ensuite les rapports homosexuels : 29% des cas. L’usage de seringues contaminées correspond à 2% des infections. Cependant, pour 21% des cas, le mode de transmission est resté inconnu.

Un autre enseignement de cette étude révèle que l’épidémie augmente chez les plus de 50 ans : ils ont été 22% de plus à être contaminés. Dans le détail, une féminisation de l’épidémie (32% en 2005) est notable "en particulier des femmes subsahariennes". Chez les hommes, la séropositivité a augmenté, "passant de 58% en 2003 à 64% en 2006". Cette situation est en partie le fait de rapports homosexuels, observe Libération.

En effet, "depuis cinq ans toutes les études comportementales soulignent une reprise des pratiques à risque chez les gays, avec une baisse systématique du préservatif". Ainsi, plus d’un gay sur deux avoue avoir eu, au cours de ces trois derniers mois, un rapport sexuel à risque. Un relâchement qui concerne les jeunes mais aussi les plus âgés qui aspirent enfin à "avoir une sexualité normale".

En prévision de la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, la ministre de la Santé a annoncé hier un nouveau plan de lutte pour 2008, annonce 20 minutes (page 7). Il prévoit une nouvelle campagne de prévention, une extension des points de vente de préservatifs à 20 centimes d’euro et une expérimentation à l’échelle nationale des "tests rapides". Plus simples et plus rapides, ils pourront être effectués hors des laboratoires.

A lire aussi dans la presse - Pas de médecine le samedi

Le samedi 22 décembre, il n’y aura peut-être pas de garde de médecins, prévient La Tribune (page 30). Le syndicat des médecins libéraux (SML) a en effet annoncé une grève de la permanence des soins (PDS), "si le décret concernant la rémunération des astreintes des samedis après-midis et des ponts entourant les jours fériés n’était pas appliqué d’ici le 20 décembre". Une menace qu’avait d’ailleurs également formulée dès le mois de septembre l’Unof, la branche généraliste de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), rappelle le quotidien économique.

Depuis plusieurs années, explique La Tribune, la PDS est organisée sur la base du volontariat ou de l’obligation collective, sur requête du préfet. Or, le décret du 22 décembre 2006 a élargi, la permanence des soins au samedi après-midi. Mais "la rémunération de cette nouvelle astreinte nécessitait un accord conventionnel entre l’assurance maladie et les syndicats de médecins". Un accord qui tarde à venir et provoque ce mouvement de mécontentement.

Par ailleurs, annonce Le Figaro (page 20), l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) a proposé à trois syndicats médicaux (CSMF, SML et Alliance) une réunion pour dresser le bilan des économies réalisées en 2007 au titre de la maîtrise médicalisée et fixer les priorités à venir.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)