croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Seniors : gare aux ordonnances à rallonge

De nombreuses personnes âgées de plus de 65 ans prennent au moins sept médicaments différents, et certaines jusqu'à quatorze, selon le magazine "60 millions de consommateurs" qui alerte sur les dangers de la surconsommation médicamenteuse.

La surconsommation médicamenteuse des personnes âgées "peut entraîner des chutes et autres accidents médicaux sévères, des hospitalisations, voire des décès", met en garde le mensuel 60 millions de consommateurs dans son numéro d'octobre.

Parce qu'elles souffrent souvent de pathologies multiples (diabète, hypertension, Parkinson...), bon nombre de personnes âgées consomment beaucoup de médicaments. Les seniors "polymédiqués" prennent en moyenne quatorze produits différents ! "C'est une fourchette basse parce que l'automédication n'est prise en compte que si elle est associée à une prescription médicale", précise 60 millions de consommateurs.

Selon l'assurance maladie, les accidents liés aux médicaments occasionnent 130.000 hospitalisations et 7.500 décès par an chez les plus de 65 ans, rappelle Le Figaro.

Par ailleurs, comme le note L'Express, certains patients, lassés des effets secondaires de ces "ordonnances à rallonge", décident de réduire leur traitement sans oser en parler à leur médecin. C'est le cas de Simon, diabétique qui, à "presque" 82 ans, est censé prendre treize médicaments par jour, mais concède n'en prendre dans les faits que six ou sept, rapporte 60 millions de consommateurs.

"Il faut une vraie coordination entre les médecins" et un "vrai dossier médical partagé" pour alléger les ordonnances, estime Gérard Raymond, président de la Fédération française des diabétiques, dans Le Figaro. "Il faut faire le point régulièrement avec son médecin et lui apporter les ordonnances des spécialistes ou d'autres médecins et noter ce qu'on a acheté en plus soi-même", conseille Claude Rambaud, de France Assos Santé, dans L'Express.

Cette évaluation régulière est l'occasion d'écarter "les médicaments qui ne sont plus indispensables ou carrément inappropriés. Et surtout de rappeler au patient quels traitements sont incontournables pour sa santé", insiste 60 millions de consommateurs.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)