Sécurité sociale : Fillon prêt à édulcorer son programme choc ?

Le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle serait en passe de réviser sa copie sur la réforme de la Sécurité sociale. Les propositions présentées par François Fillon auraient été mal comprises, indique-t-on dans son entourage, inquiet de la montée des critiques.

Sujet à de vives critiques de toutes parts, le programme économique annoncé par François Fillon pour l'élection présidentielle pourrait connaître certaines modifications. Et particulièrement ses "propositions polémiques sur la Sécurité sociale", qui suscitent, même dans son camp, un certaine contestation.

Comme le rappelle Le Parisien/Aujourd'hui, le projet du candidat de la droite et du centre aux élections "vise à limiter les remboursements de l'assurance maladie aux affections de longue durée et aux maladies graves, et à laisser la prise en charge des autres pathologies aux complémentaires santé ou à l'assurance privée".

Pour Bernard Accoyer, numéro deux du parti Les Républicains (LR) et médecin, cette proposition mérite d'être modifiée "dans sa mise en œuvre et dans sa présentation". "L'aspect santé, ce n'est pas ce que François maîtrise le mieux", reconnaissent les propres membres de son équipe de campagne.

C'est Eric Woerth qui, dans ce contexte, a été chargé de "déminer le dossier". Au programme de l'ex-ministre du Budget de Nicolas Sarkozy : "Eclaircir certains points et réaffirmer notre attachement à la Sécurité sociale."

"Selon les experts de la Mutualité Française, qui ont décortiqué le programme du candidat, écrit Le Figaro, le remboursement par l'assurance maladie inclurait l'hospitalisation et les affections déjà prises en charge à 100%, qu'elles soient graves (affections de longue durée) ou pas, comme la maternité par exemple". Or, d'après l'entourage de François Fillon, "non seulement les remboursements de ces actes ne seraient pas réduits, mais l'objectif est même dans certains cas de les améliorer".

Pour le gagnant des primaires de la droite et du centre il s'agit ni plus ni moins d'"améliorer le système", assure l'un de ses conseillers. "Entre le ticket modérateur, le forfait hospitalier et les différentes franchises", explique-t-il, les restes à la charge des assurés sont "très hétérogènes".

François Fillon entend "remettre de l'ordre dans tout cela", ajoute le même conseiller. Notamment, "en travaillant avec les professionnels de santé et toutes les parties prenantes".

Signe que le candidat met désormais "de l'eau dans son vin", selon l'expression du Parisien : son parti promet de ne pas toucher au remboursement des petits soins. D'après Serge Grouard, député LR du Loiret et coordinateur du projet du candidat, cité dans Le Figaro : "Nous conservons les remboursements de Sécurité sociale tels qu'ils sont. Nous avons pris l'exemple de l'optique et des prothèses dentaires où la Sécu ne rembourse quasiment rien. Pourquoi maintenir un système de remboursement, très coûteux en frais de gestion des dossiers, pour quelques euros ? Dans ces cas-là, autant basculer sur les complémentaires afin d'éviter le coût d'une double comptabilité."

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)