Sécurité sociale : le déficit s’est réduit en 2016

C'est ce jeudi 16 mars 2017 que doivent être présentés les comptes 2016 de la Sécurité sociale. Le déficit devrait s'établir à 7,8 milliards d'euros, le plus bas depuis 2002.

Initialement, la Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) prévoyait un déficit de 9,7 milliards d'euros en 2016. "Les comptes définitifs de la Sécurité sociale seront en très nette amélioration" par rapport à ce texte, a déclaré le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, cité dans Le Monde.

Plus précisément, croient savoir Les Echos, le déficit pourrait s'établir à 7,8 milliards d'euros. Un record depuis 2002, que devrait confirmer, ce jeudi 16 mars 2017, Christian Eckert.

Selon les informations du quotidien économique, le régime général et le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) ont réduit leur déficit de 3 milliards d'euros par rapport à 2015. Toutefois, la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) tablait en septembre dernier sur une baisse de 3,7 milliards, qui aurait ramené le déficit à 7,1 milliards.

Si la tendance est manifestement à l'amélioration, elle est surtout due à la bonne tenue des dépenses car, de leur côté, les recettes ont été moins importantes que prévu. En effet, compte tenu de la faible progression de la masse salariale (2,4% alors qu'on en attendait 2,6%), les cotisations sociales ont été moindres.

Dans le détail, c'est la branche maladie qui est le plus à la peine, et ce, en dépit du respect d'un objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) exigeant, fixé à + 1,75%.

La maîtrise des dépenses, notamment, a été impactée par la mise sur le marché de médicaments innovants et le vieillissement de la population. Ainsi, poursuivent Les Echos, "l'objectif fixé par l'assurance maladie d'économiser 700 millions d'euros sur les soins de ville n'a été réalisé qu'à 65%, avec 456 millions d'euros d'économies".

Pour sa part, la branche vieillesse s'attend à un excédent de 1 milliard d'euros. Tout comme la branche accidents du travail-maladies professionnelles (700 millions d'euros), ce qui n'est pas le cas de la branche famille, qui reste déficitaire.

Si elle est confirmée, cette amélioration des comptes de la Sécu devrait permettre de réduire le déficit public. En  2015, celui-ci s'élevait à 3,5% du PIB, rappellent Les Echos. Pour 2016, le gouvernement table sur 3,3% du PIB. Les prochains résultats des comptes des collectivités locales pourraient permettre d'y parvenir, estime Christian Eckert.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)