croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Sécu : un « PLFSS de transformation »

La ministre de la Santé a défendu hier devant les députés son budget de la Sécurité sociale qu'elle estime en faveur du "pouvoir d'achat des salariés" et de la "solidarité".

Avec l'examen, commencé hier, du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018), la majorité va défendre devant les députés plusieurs réformes structurantes, comme la baisse des cotisations sociales des actifs, financée par une hausse de la CSG faisant contribuer davantage les retraités, ou la transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en allégement de charges. Sans oublier la promesse du retour à l'équilibre de la Sécurité sociale à l'horizon 2020, résument Les Echos.

"C'est un budget pour l'investissement et pour le pouvoir d'achat, un budget qui muscle la feuille de paie et qui allège l'impôt sur le revenu", a assuré hier Richard Ferrand, président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale.

Il est "faux" de parler d'un "budget pour les riches", a-t-il affirmé, rapportent Les Echos. Avec le Budget 2018 de la Sécu et le projet de loi de finances, "c'est le pouvoir d'achat pour tous qui aura nettement augmenté", a promis Richard Ferrand, en conseillant d'"attendre fin janvier, sur la feuille de paie" pour voir l'effet des premières baisses de cotisations.

De son côté, la ministre de la Santé a défendu un "PLFSS de transformation" avec notamment l'adossement du Régime social des indépendants (RSI) au régime général, souligne Le Parisien.

Afin d'améliorer l'égalité d'accès aux soins, Agnès Buzyn a prévu de lancer, dès la semaine prochaine, la concertation pour aboutir à un reste à charge zéro dans les domaines de l'optique et des audioprothèses. Ces travaux devront aboutir avant la fin du premier semestre 2018, a assuré la ministre, note Le Parisien.

Au cours du débat sur le PLFSS, les élus socialistes ont déploré que "toutes les mesures pour les classes moyennes soient différées dans le temps et assorties de mesures d'économies", notent Les Echos.

De son côté, la droite a attaqué le budget de la Sécu sous l'angle de l'absence de réformes structurelles. "Sur le fond, qu'est-ce qui a changé ? La réponse est rien", a lancé le député LR Jean-Pierre Door. Concernant la branche famille, la ministre de la Santé rappelle, dans Le Parisien, "le travail de fond, sans tabou", engagé par le gouvernement. "Les barèmes et les montants de la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje) vont être rabotés pour les enfants à naître", dénoncent Les Echos. "Nous allons aider les familles monoparentales, dont 36% se situent en dessous du seuil de pauvreté", commente Thomas Mesnier (LREM), coordinateur du PLFSS.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)