croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Santé et environnement

"Sarkozy lance une révolution écologique", annonce Le Figaro en première page. Ce quotidien estime que "le chef de l'Etat place la France au premier rang dans la lutte contre le réchauffement climatique". Et d'énumérer (page 9), les "nombreuses actions" décidées "contre le réchauffement, pour la biodiversité et la santé" lors de ce Grenelle de l'environnement.

Ainsi, une trentaine de produits chimiques contenant des substances cancérigènes, mutagènes et dangereuses pour la reproduction seront interdits à la vente en 2008, mais uniquement pour un usage domestique et dans les lieux publics, indiquent Les Echos (page 5). Leur fabrication restera autorisée, entraînant ainsi des risques professionnels pour les salariés exposés.

Le Monde (page 8) prévoit d'ores et déjà "une longue bataille pour le contrôle de l'expertise des produits chimiques". Le gouvernement a confié l'expertise scientifique au Bureau d'évaluation des risques des produits et agents chimiques (BERPC). Un choix contesté par les associations, qui mettent en cause son indépendance. Elles auraient préféré que cette expertise soit réalisée par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset).

Autres mesures : un registre des cancers, des maladies neurodégénératives et des pathologies respiratoires va être établi et un programme de biosurveillance de la population va être mis en place dans le cadre du deuxième plan national santé-environnement pour la période 2009-2012, souligne Le Figaro (page 9).

Pour réduire la pollution de l'air, un "plan particules" sera lancé dans les prochains mois. L'objectif étant de fixer un seuil maximal de particules fines dans l'air entre 2010 et 2015.

Dans un autre registre, le chef de l'Etat approuve la décision de suspendre les cultures commerciales d'OGM, en attendant les conclusions d'un groupe d'experts.

Le président de la République a également annoncé un objectif de réduction de moitié de l'usage des pesticides, indiquent Les Echos (page 6). Enfin, la création de la taxe carbone, âprement défendue par Nicolas Hulot, sera simplement mise à l'étude.

A lire aussi – La santé des plus pauvres


Au moment où les franchises médicales sont débattues à l'Assemblée nationale, une étude de l'Insee publiée hier sur "la santé des plus pauvres" confirme la difficulté d'accès aux soins pour les ménages les plus démunis, souligne L'Humanité (page 4). Ces derniers et leurs enfants consultent peu les médecins généralistes et encore moins les spécialistes. Lorsqu'ils vont voir un médecin, "c'est souvent au moment où la pathologie est déjà grave", précise Thibaut de Saint Pol, sociologue à l'Insee.

Les personnes défavorisées sont plus nombreuses à fréquenter les hôpitaux. Elles sont 19% à avoir été hospitalisées au moins une fois au cours de l'année précédant l'enquête, contre 16% pour le reste de la population. Les plus pauvres de nos concitoyens ont également très peu recours aux soins dentaires et ophtalmologiques.

D'une façon générale, ils ne bénéficient pas du même accès à la prévention que le reste de la population. En effet, 34% des femmes de 40 ans d'origine modeste n'ont jamais réalisé de mammographie, contre 19% pour les autres femmes. En outre, 12% d'entre elles n'ont jamais réalisé un frottis gynécologique (contre 6%). Les mêmes écarts se vérifient pour les tests de dépistage du sida, de l'hépatite C et du cancer colorectal. Enfin, selon cette étude, 22% des personnes défavorisées n'ont pas de couverture complémentaire santé et nombre d'entre elles ne font pas valoir leurs droits à la CMU.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)