croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Salmonelles : du lait infantile contaminé retiré du marché

Après le retrait, la semaine dernière, de douze laits infantiles contaminés par les salmonelles, le gouvernement vient d'élargir la liste des produits incriminés. En cause : cinq nouveaux cas de salmonellose, qui portent à vingt-cinq le nombre de nourrissons touchés par ces bactéries.

Diarrhées, vomissements et fièvres, tels sont les premiers symptômes de la salmonellose. Il y a près d'une semaine, dans huit régions différentes, ils ont touché une vingtaine de nourrissons de moins de 6 mois, contaminés par des salmonelles présentes dans du lait déshydraté.

Suite à cette vague de salmonellose sans mise en danger des enfants, les autorités sanitaires avaient annoncé le retrait de douze lots de lait infantile commercialisés sous trois marques différentes, indiquait alors Le Monde. Les parents étaient appelés à ne plus utiliser ces boîtes de Picot, Pepti Junior et Milumel, toutes trois fabriquées par Lactalis sur son site de production de Craon (Mayenne). Le 10 décembre 2017, indique ce matin Le Parisien, le gouvernement a étendu à 600 la liste des lots de lait rappelés et interdits à la consommation et à l'exportation.

Selon Le Monde, "Bercy estime, en effet, que les mesures prises par Lactalis depuis le précédent rappel ne sont « pas de nature à maîtriser le risque de contamination »". Et cela, d'autant que cinq nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés cette semaine chez des nourrissons. L'un d'entre eux avait absorbé du lait de riz ne figurant pas parmi les premiers produits incriminés.

Parmi les nouvelles marques, prévient Le Parisien, qui publie l'intégralité de la liste, se trouve, entre autres, le lait infantile commercialisé sous son nom par l'enseigne Carrefour. Des numéros d'information ont été mis en place par la direction générale de la Santé (0800 636 636), ainsi que par le fabricant de lait (0800 120 120), pour renseigner les parents, indique aussi le quotidien.

A ce jour, les autorités sanitaires et la direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont confirmé que tous ces cas de salmonellose sont en lien direct avec les produits fabriqués par le groupe Lactalis Nutrition Santé (LNS).

Selon les investigations du groupe, la "cause probable de contamination" aurait été identifiée. Elle serait survenue "sur une de nos tours de séchage dans la période du 1er au 6 mai 2017", a déclaré la direction.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)