croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Salariés et dirigeants plébiscitent la complémentaire santé en entreprise

La généralisation de la complémentaires santé en entreprise, effective au plus tard le 1er janvier 2016, est perçue positivement par 72% des salariés et par 64% des dirigeants, selon un sondage de l’Observatoire Entreprise et santé, réalisé par Viavoice pour Harmonie mutuelle, en partenariat avec France Inter et Le Figaro (page 23).

Un calendrier très précis a été fixé. A défaut d’un accord de branche, les entreprises disposant d’un délégué syndical doivent négocier à leur niveau, avant le 31 décembre 2015, rappelle Le Figaro (page 23).

En l’absence d’accord d’entreprise, l’employeur doit proposer une couverture santé par décision unilatérale.

"L’employeur finance au moins la moitié de la cotisation totale. Le reste est à la charge du salarié, qui peut toutefois adapter librement sa protection avec des options individuelles à sa charge. Les sociétés dont la complémentaire santé ne propose pas la couverture légale minimum ou finançant moins de 50% du contrat doivent modifier leurs accords d’entreprise", précise le quotidien.

Harmonie mutuelle "multiplie les initiatives" pour aider les entreprises à prendre le virage de la généralisation. "Nos trois piliers sont : être soigné, être informé et être accompagné", explique, dans Le Figaro, François Rivet, directeur des conventions collectives et des accords de branche chez Harmonie mutuelle.

L’obligation de proposer une complémentaire santé s’applique aussi bien aux grandes entreprises qu’aux PME. "Les petites sociétés et les grands groupes sont à égalité sur le principe. Mais dans les faits, il y aura toujours des différences de garantie et d’avantages selon la taille des entreprises", poursuit François Rivet.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)