croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites : les modalités de la fusion Agirc et Arrco

Le patronat et une majorité de syndicats sont tombés d'accord vendredi sur les détails de la fusion des régimes de retraites complémentaires Agirc et Arrco, prévue d'ici à janvier 2019.

"L'affaire a été rondement menée. Quarante-cinq minutes après l'ouverture de leur deuxième séance de négociation multipartite sur la fusion de l'Agirc [cadres] et de l'Arrco [salariés du privé], vendredi, les partenaires sociaux sont ressortis le sourire aux lèvres, l'accord à la main", peut-on lire dans Les Echos.

La CFDT, la CGC et la CFTC devraient apposer leur signature, après consultation de leurs instances. En revanche, la CGT et FO ne signeront pas cet accord.

Le régime unifié Agirc-Arrco verra le jour en janvier 2019. Première conséquence de l'opération : une mise en commun des réserves (60 milliards d'euros).

"Nous allons pouvoir démarrer la construction du nouveau régime fusionné, plus large, plus solide financièrement, de façon plus transparente et plus cohérente", commente Frédéric Sève, de la CFDT, dans le quotidien économique.

Ensuite, plusieurs mesures d'économies décidées dans un accord de 2015 vont entrer en vigueur en 2019. Parmi celles-ci, l'instauration de bonus-malus visant à inciter les assurés à retarder leur départ à la retraite, rappellent Les Echos. Ou encore l'application d'un coefficient de solidarité temporaire : cet abattement de 10% sera appliqué pendant trois ans sur les pensions des assurés qui liquideront leurs droits à l'âge du taux plein.

Reste à s'assurer que les futurs retraités seront informés de ces nouvelles mesures. Ce qui ne semble pas être le cas actuellement. En effet, selon un sondage réalisé par OpinionWay pour l'Agirc-Arcco, 68% d'entre eux se disent "mal informés" sur leur retraite et 40% ne sont même pas certains de "disposer d'une pension de retraite".

Les résultats de cette enquête sur "les Français face à la retraite" sont publiés sur le site du Parisien. Autre surprise de ce sondage : près d'un tiers des Français (31%) de moins de 35 ans déclarent "préparer dès à présent" leur retraite. Ce qui tranche avec les 44% de plus de 50 ans qui n'anticipent pas leur cessation d'activité. "Enfin, c'est parmi les ouvriers et les catégories les plus modestes que l'on trouve le taux le plus élevé (66% et 64%) de Français qui penseront à préparer leur retraite le moment venu", note Le Parisien.

D'où l'intérêt des "Rendez-vous de la retraite" de l'Agirc-Arrco, qui débutent aujourd'hui et dureront toute la semaine, pour informer et conseiller les 18 millions d'actifs cotisants et les 12 millions de retraités pensionnés. En plus des conférences gratuites, il sera possible, grâce au site Internet et à l'application Smart'Retraite, d'interroger des experts qui répondent en moins de 48 heures. Enfin, vendredi et samedi matin, 800 conseillers des centres d'information, de conseil et d'accueil des salariés (Cicas) de l'Agirc-Arrco, recevront le public sans rendez-vous dans toute la France.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)