Retraites : l’avenir s’assombrit

L'équilibre financier du système des retraites, tous régimes confondus, ne devrait être atteint qu'au début des années 2040, et non plus en 2020, selon le rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites.

"Emmanuel Macron pensait mener sereinement ses grands travaux à partir de 2018 : fondre tous les régimes de retraite dans un système universel par points sans toucher ni à l'âge minimum, ni au niveau des pensions. La tâche sera plus compliquée que prévu", soulignent Les Echos. Le quotidien économique s'appuie sur le rapport du Conseil d'orientation des retraites (Cor), rendu public et publié ce mardi 20 juin. Il fait état d'une dégradation des perspectives financières des régimes des retraites.

Jusqu'alors envisageable pour le milieu des années 2020, l'équilibre financier du système de retraite, tous régimes confondus, ne devrait être atteint au mieux qu'au début des années 2040. Pour cela, il faut que la croissance des revenus d'activité soit de 1,8% (elle était de 1,1% en 2016), le taux de chômage de 7% (9,6% actuellement), souligne Le Figaro. L'équilibre n'interviendra qu'en 2050, si la croissance ne dépasse pas 1,5% par an. En dessous, le système resterait "durablement en besoin de financement", note le Cor.

Pour évaluer les besoins de financement des retraites jusqu'à l'horizon 2070, le Cor s'appuie sur quatre scénarios de croissance des revenus d'activité (1%, 1,3%, 1,5%, 1,8%), couplés à un taux de chômage de 7% à partir de 2032. A moyen terme, "le solde financier du système resterait négatif" dans tous les cas "sous l'effet principalement de la baisse des ressources en pourcentage du PIB, alors qu'à plus long terme, son évolution dépendrait de la dynamique des dépenses", précise Le Figaro.

"La révision des hypothèses économiques de court et de moyen terme en 2017, dans le cadre du programme de stabilité, contribue également à noircir le tableau, ajoutent Les Echos. Les salaires et l'emploi sont moins dynamiques qu'espéré et les dépenses de retraite rapportées au PIB seront d'autant plus importantes que l'évolution du PIB déçoit. Mis bout à bout, ces changements auront des conséquences radicales à moyen terme." Le Comité de suivi des retraites pourrait formuler des recommandations dans un avis à paraître avant le 15 juillet.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)