croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Retraites complémentaires : l’Agirc et l’Arrco ont réduit leur déficit

La réforme de 2015 sur les régimes complémentaires de retraites des salariés du privé a permis de réduire les déficits de l'Agirc-Arrco de 800 millions d'euros en 2016. Mais le chantier est encore loin d'être terminé.

Quels sont les effets de la réforme entreprise fin 2015 par les partenaires sociaux pour enrayer le déficit des retraites complémentaires ? Celle-ci a, semble-t-il porté ses fruits constatent Les Echos, qui assurent : "Les retraites des salaires du privé ne vont plus dans le mur."

C'est en tous cas ce qu'il ressort de la présentation des comptes de l'Agirc (cadres) et de l'Arrco (salariés du privé) pour 2016, le 16 mars 2017, devant l'Association des journalistes d'information sociale (Ajis).

Les premiers résultats sont là, assure François-Xavier Selleret, le directeur des deux régimes, cité par le quotidien économique : "Les résultats sont conformes à nos objectifs, même s'il est encore difficile de chiffrer ce qui relève de l'accord d'octobre 2015."

Concrètement, le déficit de 2016 s'établit à 2,2 milliards d'euros, soit une baisse de 800 millions sur un an. De surcroît, notent Les Echos, "les réserves n'ont jamais été aussi hautes en valeur absolue : 64 milliards d'euros, soit onze mois de prestations".

Pour réaliser l'essentiel de ces économies, les pensions ont été sous-indexées d'un point par rapport au niveau de l'inflation. Et, comme les prix ont tout de même augmenté de 0,6% en 2016, il y a eu un gain.

Sans cette réforme, complètent Les Echos, "les déficits accumulés étaient partis pour épuiser les réserves des deux régimes". En effet, "les émoluments versés par l'Agirc-Arrco pèsent 25% de l'ensemble des pensions par répartition, et 57% de la pension moyenne d'un retraité cadre".

Par ailleurs, mentionnent Les Echos, les investissements financiers ont rapporté 2 milliards d'euros aux régimes complémentaires. Pour ce qui est du solde entre les cotisations et les prestations, dit résultat technique, il s'est amélioré de 700 millions d'euros mais reste déficitaire, avec 4,3 milliards d'euros. Enfin, le passage à la mensualisation a permis d'enregistrer 9 milliards de plus dans les comptes, dont 5 ont été réinjectés dans les réserves.

Le prochain objectif, fixé pour janvier 2019, concerne la fusion de l'Agirc et l'Arrco. Pour cela, les partenaires sociaux doivent conclure un accord, au moins un an auparavant. Or, ces derniers ne semblent pas pressés d'entamer des négociations qui s'avèrent difficiles, observent Les Echos. D'autant qu'ils sont suspendus à une actualité plus proche : celle de l'élection du prochain président de la République, dont on ne connait pas encore la position par rapport aux retraites.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)