croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Remaniement : Marisol Touraine conserve les Affaires sociales

Le gouvernement du Premier ministre, Manuel Valls, a été nommé le 2 avril. Michel Sapin est désormais ministre des Finances et des Comptes publics, Arnaud Montebourg prend la tête du ministère de l’Economie et Marisol Touraine reste au ministère des Affaires sociales.

C’est une équipe resserrée de seize ministres (contre 38 dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault), et dont la composition respecte la stricte parité, qui a été présentée le 2 avril par le secrétaire général de l’Elysée, Pierre-René Lemas. Outre deux "entrants", Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, et François Rebsamen au Travail, à l’Emploi et au Dialogue social, le gouvernement de Manuel Valls s’appuie sur une équipe déjà en place. Ainsi, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé dans le gouvernement Ayrault, conserve son portefeuille des Affaires sociales.

Il faudra désormais attendre la nomination des secrétaires d’Etat dans les prochains jours et les décrets d’attribution des ministres pour appréhender la place de la santé dans la nouvelle équipe gouvernementale, mais également celle de l’économie sociale et solidaire, des personnes âgées et des personnes handicapées. A noter que Benoît Hamon, alors ministre chargé de l’Economie sociale et solidaire, a été nommé ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, succédant ainsi à Vincent Peillon. Le prochain Conseil des ministres se tiendra le vendredi 4 avril.

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics.

Bercy est réorganisé autour de deux grands ministères. Pour la première fois, l’Economie et les Finances sont complètement séparées. Issu de la même promotion que François Hollande à l’Ena, Michel Sapin, un social-démocrate proche du chef de l’Etat, occupait depuis 2012 le poste de ministre du Travail. Lors de la première partie du quinquennat, il a été à l’origine de l’organisation de deux conférences sociales et de l’accord national interprofessionnel (ANI) sur la sécurisation de l’emploi, qui a instauré la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés.

Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique.

Ministre du Redressement productif dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Arnaud Montebourg hérite d’un ministère élargi à l’Economie et au Numérique. Partisan de la démondialisation, il s’est prononcé, à plusieurs reprises, contre les directives de Bruxelles et la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE). Fer de lance de la reconquête industrielle, il a réussi à nouer des relations solides avec les entrepreneurs.

François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dia­logue social.

François Rebsamen, 62 ans, était président du groupe socialiste au Sénat depuis octobre 2011. Elu sénateur de Côte-d’Or en septembre 2008, il est membre de la commission "Culture, éducation et communication" du Sénat. Par ailleurs, il a été élu maire de Dijon en 2001, année au cours de la­quelle il devient également président de la Communauté d’agglomération du Grand Dijon et de l’Association des maires de Côte-d’Or. Toujours au niveau local, François Rebsamen préside le centre hospitalier universitaire (CHU) de Dijon, le centre communal d’action sociale (Ccas) et le Crédit municipal. Enfin, il est membre du comité directeur de l’Association française du conseil des communes et régions d’Europe (AFCCRE), une association qui informe et conseille les collectivités territoriales dans leurs activités et démarches européennes, et permet notamment de développer les relations avec les autres pays de l’Union européenne.

La rédaction

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)