croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Régimes spéciaux de retraite : grèves en série

"Les syndicats veulent durcir le conflit", titre Le Figaro en "une". En effet, la quasi-totalité des syndicats des entreprises touchées par la réforme des régimes spéciaux de retraite appellent à participer à la grève du 14 novembre. A la RATP, cinq organisations sur huit – 95% des voix – optent pour une grève reconductible. A la SNCF, sept syndicats (sur huit) ont confirmé hier leur participation à ce mouvement de protestation. La direction espère encore attirer d'autres syndicats vers la négociation, à laquelle seule la FGAAC (agents de conduite) participe pour l'instant.

La présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac, a écrit hier aux 160.000 cheminots. Dans ce courrier, elle exprime son incompréhension face au "refus de discuter" des syndicats alors que, selon elle, l'entreprise fait des "propositions concrètes et précises", rapportent Les Echos (page 4). Anne-Marie Idrac estime qu'"un mouvement reconductible entraînerait l'entreprise" vers "une aventure inconnue et dangereuse", voire même à "un divorce avec les Français". Pour sa part, Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT Cheminots (majoritaire) dénonce cette démarche "d'intimidation".

"Les étudiants piqués par la grève", titre la "une" de Libération. Ce quotidien annonce que le mouvement dans les facs s'est encore étendu hier, avec une vingtaine d'universités bloquées et des manifestations. Il pourrait venir "grossir les rangs des grévistes de novembre", estime Libération. Pour tenter de désamorcer la crise, la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, a annoncé hier devant les députés qu'elle allait débloquer 11 millions d'euros pour les logements étudiants, somme initialement prévue à la rénovation de Jussieu, indique Le Monde (page 13). "Il n'y a pas encore d'incendie", "mais pour la première fois depuis l'élection (de Nicolas Sarkozy), l'alarme sonne", estime Laurent Joffrin dans l'éditorial de Libération (page 2).

A lire aussi – Le pouvoir d'achat, priorité n° 1 des Français

Selon un sondage CSA, publié par Le Parisien/Aujourd'hui (pages 1 à 3), le pouvoir d'achat est le premier souci des Français devant la santé et la retraite. Invitées à citer les domaines de la vie quotidienne qui leur semblent les plus préoccupants, les personnes interrogées citent le pouvoir d'achat à 48% (contre 32% en 2005), la santé à 39% (contre 53%), et la garantie de retraite à 37% (contre 34%). Viennent ensuite l'emploi (32%), l'environnement (28%), la qualité de vie (20%), l'éducation (20%) et la protection sociale (19%). Pour la première fois depuis deux ans, le pouvoir d'achat passe devant la santé.

Toutefois, la majorité des Français n'entendent pas réduire leurs dépenses sur les achats liés à la scolarité des enfants, l'alimentation et les soins de santé non remboursés. En outre, 71% des sondés estiment que les mesures du gouvernement en matière de pouvoir d'achat ne sont pas efficaces. Pour Robert Rochefort, président du Crédoc, cette perte de confiance pourrait entraîner "un mouvement social", qui viendrait s'ajouter à celui contre la réforme des régimes spéciaux.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)