croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Radiothérapie : nouvelle victime à Toulouse

Une sixième personne est décédée parmi les 145 patients victimes d’une surdose de radiations dans un service de radiothérapie à l’hôpital Rangueil de Toulouse, annonce L’Humanité (page 11). Agé d’une cinquantaine d’années et originaire du Portugal, cet homme est décédé des suites d’une erreur d’exposition aux radiations d’un appareil de radiochirurgie. Un premier rapport d’expertise de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), publié hier, conclut à une erreur d’étalonnage de l’appareil, indique Le Figaro (page 14).

L’IRSN mène actuellement une expertise "patient par patient, pour déterminer le risque de surdoses reçues sur les parties sensibles du cerveau". Ce rapport devrait être rendu en mars prochain, précise le Pr Patrick Gourmelon, directeur de la radioprotection dans cet institut. Pour lui, le drame de Toulouse est dû à "une seule erreur et non à une cascade de dysfonctionnements, comme dans le cas d’Epinal".

L’association SOS irradiés 31 a été reçue hier au ministère de la Santé, rapporte Le Parisien/Aujourd’hui (page 16). Lors cette rencontre, Me Christophe Léguevaques, l’avocat des surirradiés de Toulouse, a réclamé un "traitement égalitaire" avec les victimes d’Epinal. Rappelons que Roselyne Bachelot avait annoncé le 7 décembre le versement d’une provision de 10.000 euros aux victimes d’Epinal ayant subi une surdose de plus de 7%. A Toulouse, certains patients ont reçu des doses beaucoup plus importantes (jusqu’à 50%). Selon Le Parisien/Aujourd’hui, les victimes de Toulouse n’ont pas obtenu gain de cause alors que 90% d’entre elles "ne sont plus en mesure d’assurer leur vie professionnelle", 51% souffrent de paralysie faciale, 57% de vertiges et 74% présentent des troubles de l’équilibre, selon une enquête de l’association SOS irradiés 31.

De leur côté, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ont demandé à l’IRSN de porter une attention particulière à la question de l’étalonnage des microfaisceaux et d’établir un protocole national d’étalonnage de ces derniers, indique Le Figaro.

A lire aussi dans la presse - Réforme des hôpitaux

"Nicolas Sarkozy m’a assuré que 2008 sera l’année des réformes dans la santé", déclare Roselyne Bachelot dans un long entretien au Figaro-économie (page 21). La ministre de la Santé annonce qu’elle présentera "mi-2008, une loi qui tiendra compte notamment des conclusions des Etats généraux de l’organisation de la santé et des missions Larcher et Flajolet sur l’hôpital et sur l’égal accès aux soins sur tout le territoire". La ministre réaffirme qu’il n’y aura "aucune fermeture d’hôpital" après les élections municipales. Toutefois, elle souhaite "accélérer le mouvement" de transformation des hôpitaux. "La proximité est essentielle pour les urgences, le long séjour, la gériatrie, où il est important que les familles soient près des patients. Les consultations de chirurgie, le suivi des grossesses ont aussi vocation à rester à proximité", explique Roselyne Bachelot. En revanche, "les opérations, les accouchements, doivent être regroupés dans des hôpitaux disposant de plateaux techniques modernes". "Proximité ne veut pas toujours dire sécurité." Interrogée sur les dépassements d’honoraires, Roselyne Bachelot estime que ce sujet, "et plus généralement" celui du reste à charge des patients relève de "la répartition entre assurance maladie, complémentaires et individus ou l’éventuel bouclier sanitaire".

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)