croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Prévenir efficacement les troubles musculo-squelettiques

"Les troubles musculo-squelettiques (TMS) ne se résument pas à un problème médical." Toute la complexité de la prévention de ces pathologies professionnelles est ainsi résumée par deux des experts qui ont contribué au dernier numéro de Santé et Travail, consacré aux TMS. Hasard du calendrier : ce numéro paraît en même temps que le lancement d’une campagne nationale d’information sur ces maladies par les ministères du Travail et de la Santé.

Malgré les efforts déjà engagés pour faire reculer ces pathologies, le nombre de salariés atteints augmente de près de 20% par an. Actuellement, les TMS représentent 70% des maladies professionnelles. En 2006, 32.500 personnes ont été indemnisées au titre des TMS. Ce chiffre, déjà inquiétant, reflète pourtant mal la réalité. En effet, "on estime qu’environ un tiers seulement des pathologies d’origine professionnelles sont actuellement reconnues", poursuit Santé et Travail. Les secteurs de la construction, de l’industrie manufacturière et de l’agroalimentaire sont particulièrement touchés. D’autres, comme le commerce et la distribution, connaissent une forte progression des TMS.

En 2004, près de 500.000 avis d’inaptitude ont été délivrés par les médecins du travail. Les experts s’accordent sur le fait que les TMS sont une des causes principales de ces inaptitudes, avec, dans la plupart des cas, un avis défavorable pour un retour à l’emploi.

Agir sur l'organisation du travail

Qu’est-ce qu’un trouble musculo-squelettique ? C’est une atteinte des tendons, des muscles et de certains nerfs, au niveau des articulations. Elle est causée par une hypersollicitation de ces tissus en milieu professionnel. Les facteurs de risque sont multiples : ils vont de la répétitivité des gestes au stress, en passant par l’absence de récupération.

Au fil des ans, de nombreuses tentatives de prévention ont été mises en oeuvre pour enrayer cette progression. Elles ont eu, dans un premier temps, des résultats positifs, puis les entreprises concernées ont renoué avec de mauvais résultats. Les TMS seraient-ils une fatalité ? Un rapport récemment remis au ministère "éclaire sur les leviers et les freins d’une prévention durable des TMS", note Santé et Travail. Il montre que "prévenir efficacement les TMS requiert d’adopter un modèle productif qui articule qualité du produit ou du service et conditions de travail de qualité". La prévention n’est donc pas, évidemment, du seul ressort du médecin du travail !