Prestations sociales : une croissance modérée depuis la crise

En France, les prestations sociales ont progressé de 2,2% entre 2013 et 2014. Soit un niveau bien plus bas que les années précédentes, indique une étude de la Drees, publiée le 3 juin 2016.

"En 2014, les prestations sociales s'élèvent à 689,8 milliards d'euros, soit 32,2% du PIB. Entre 2013 et 2014, elles augmentent de 2,2%", constate la direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees) des ministères des Finances, des Affaires sociales, et du Travail, dans une étude publiée le 3 juin 2016.

"En raison des mesures de maîtrise des dépenses et de l'inflation particulièrement faible en 2013 et 2014, sur laquelle sont indexées de nombreuses prestations, ce rythme de croissance est bien plus faible que par le passé", précise cette étude, intitulée "Prestations sociales : depuis la crise, une croissance modérée en France et en Europe". A titre de comparaison, le taux d'évolution de ces prestations a été de 4,4% par an entre 2000 et 2010 et de 2,8% par an depuis 2010.

L'impact de la crise sur la maladie

Autre information : "Les prestations du risque maladie, principale composante du risque santé, progressent de 2,4% par an depuis 2010." Baisse des prix des médicaments, substitution croissante de génériques aux médicaments princeps, modifications du mode de calcul des indemnités journalières…, plusieurs mesures ont permis l'inflexion de la dynamique des prestations maladie, stipule la Drees, qui rappelle que l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam), instauré en 1996 et voté annuellement par le Parlement, est respecté depuis 2010, "grâce au renforcement de son suivi et de son contrôle".

Au niveau européen, la Drees constate, au contraire, "un net recul des prestations maladie dans les pays les plus touchés par la crise". Car si, "en moyenne, au sein de l'UE-15, les prestations maladie se stabilisent (– 0,1% par an) entre 2010 et 2013", leur évolution est toutefois "très disparate dans la période post-crise". Ainsi, "l'évolution des prestations maladie est restée positive en Suède, en Allemagne, au Royaume-Uni et en France". Elle est, en revanche, "en net recul en Espagne (– 6,3%) et en Italie (– 3,3%)".

"La maîtrise de la dépense de santé est passée par la réduction du budget du Service national de santé en Italie et par des coupes budgétaires et des réformes structurelles en Espagne, qui ont reporté une partie notable de la charge sur les ménages", détaille l'étude. Dès lors, ce sont les prestations de vieillesse-survie qui sont désormais les plus dynamiques : + 1% par an en moyenne de 2010 à 2013 dans l’Union européenne. Elles augmentent "sous l'effet conjugué du vieillissement et de la hausse de la pension moyenne servie", précise la Drees.

Evolution des prestations sociales dans six pays de l'Union européenne

Prestations sociales : depuis la crise, une croissance modérée en France et en Europe, Drees

En savoir +

L'étude de la Drees

Anne Baudeneau

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)