croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Présidentielle : les programmes santé de Macron et Le Pen

Le Parisien passe au crible les programmes des deux candidats à l'élection présidentielle. Ce matin, le quotidien aborde les propositions santé d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

A six jours du second tour de l'élection présidentielle, Le Parisien "passe à la loupe" les propositions santé des deux finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Deux programmes contrastés, note le quotidien, qui constate "certain flou" dans celui de Marine Le Pen, le Front national affichant "beaucoup de grands principes, assez peu d'idées nouvelles, voire des mesures déjà expérimentées".

Parmi les mesures sur lesquelles les candidats "se retrouvent" : la revalorisation de l'allocation adulte handicapé, la dispense de médicaments à l'unité, la baisse des prix des médicaments, indique Le Parisien.

Afin de limiter le renoncement aux soins, le candidat d'En Marche ! propose une prise en charge à 100% des lunettes, prothèses dentaires et auditives d'ici à 2022. Pour ce faire, Emmanuel Macron suggère que les complémentaires santé prennent en charge les 4,5 milliards d'euros annuels qui sont chaque année à la charge des patients. Il ambitionne également de faire baisser les tarifs des mutuelles et assurances via trois modèles de contrats "clairement comparables".

De son côté, Marine Le Pen propose d'exclure les assureurs privés du champ de la santé en raison de leurs frais de gestion jugés trop élevés. "Seules autorisées donc, « les mutuelles seront interdites de publicité et pourront donc mieux rembourser »" cite le quotidien.

De façon globale, poursuit le journal, Emmanuel Macron "promet zéro déremboursement et même une hausse des dépenses de santé de 2,3 % par an pendant cinq ans".

Pour sa part, Marine Le Pen annonce vouloir "garantir la Sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l'ensemble des risques pris en charge par l'assurance maladie". D'où l'étonnement du Parisien, qui interroge : "N'est-ce pas déjà le cas ?"

En tout état de cause, Marine Le Pen envisage la suppression de l'aide médicale d'Etat (AME), qui s'adresse aux étrangers en situation irrégulière. Une promesse qui, avec "la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale sur la dépendance", pourrait faire office de "mesure phare" du programme de la candidate, observe Le Parisien.

Pour faciliter l'accès aux soins, le Front national mise essentiellement sur l'éradication des déserts médicaux. Pour cela, le numerus clausus sera augmenté, ce qui permettra d'éviter "le recours massif aux médecins étrangers" est-il écrit dans son programme. Pour encourager les installations de jeunes médecins en zones sous-médicalisées, un stage d'internat est également envisagé dans ces déserts médicaux.

Concernant l'accès aux soins et les déserts médicaux, Emmanuel Macron prône, de son côté, le doublement du nombre des maisons de santé, soit 1.000 structures de plus en cinq ans, dont "le financement sera assuré par 5 des 15 milliards d'économies imposées sur cinq ans à l'assurance maladie", rapporte Le Parisien. En parallèle, il compte s'attaquer également au numerus clausus (dont il annonce la fin), favoriser la télémédecine et souhaite rendre attractif les professions de santé grâce à de meilleures rémunérations et une amélioration du "confort de travail".

D'une manière plus globale, pour améliorer l'efficience de notre système de santé, Emmanuel Macron appelle à "une révolution de la prévention".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)