croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron dévoile son programme

Emmanuel Macron a présenté son programme présidentiel le 2 mars 2017 devant la presse, qui souligne ce matin le caractère protéiforme de ses propositions.

Jusqu'ici, ses détracteurs lui reprochaient d'être un candidat à la présidentielle sans réel programme. Depuis hier, jeudi 2 mars 2017, c'en est terminé : devant la presse, Emmanuel Macron a présenté l'intégralité de ses intentions, réunies en un livret de synthèse de trente-six fiches "allant de la fonction publique à l'environnement en passant par le handicap ou le pouvoir d'achat", précise Le Monde.

Un programme "ni de droite ni de gauche", selon l'expression de Libération, qui y voit surtout une exercice d'"équilibriste" et interroge : le fondateur d'En marche "est-il le « candidat de l'oligarchie », ce dont il se défend, ou celui « des classes moyennes et populaires » comme il le revendique ?".

Au rang des mesures susceptibles d'être classées à gauche, Libération distingue la pénalisation des employeurs abusant des CDD, le doublement de la prime d'activité, la réduction des taxes sur le travail, l'augmentation de celles sur le patrimoine, la taxation des grands groupes de l'Internet en France ou encore la limitation à 12 élèves des classes de CP et CE1 dans les quartiers prioritaires.

Parmi les mesures d'Emmanuel Macron plutôt orientées à droite, Libération relève son intention d'alléger l'ISF, sa volonté de revenir sur les rythmes scolaires et de renouer avec le "travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy, ou encore son projet d'unifier les 37 régimes de retraites au profit d'un "vrai système universel".
Sur ce point, souligne Le Figaro, l'âge de la retraite et le montant des pensions resteraient inchangés, contrairement au projet de François Fillon.

Emmanuel Macron prévoit également 60 milliards d'économies durant le quinquennat sur la masse salariale de l'Etat et les subventions aux collectivités territoriales, indiquent Les Echos.

Côté social, il annonce la fin des 35 heures pour les jeunes, et une diminution de la durée légale du travail pour les plus de 50 ou 55 ans.

Emmanuel Macron souhaite aussi "supprimer les cotisations chômage et maladie payées par le salarié et augmenter la CSG, sauf pour les petites retraites et les indemnités chômage", poursuit le quotidien économique, qui cite également sa proposition de "nationaliser l'assurance-chômage et d'accorder le droit au chômage aux indépendants après cinq ans d'activité et aux salariés démissionnaires (une fois tous les cinq ans)". Au programme également : la suppression du régime social des indépendants (RSI) et le renforcement négociations sociales au niveau des branches et des entreprises.

Pour ce qui est de la santé, ses mesures déjà connues sont maintenues : remboursement à 100% d'ici à 2022 par la Sécurité sociale des lunettes et des prothèses auditives et dentaires, développement des maisons de santé pour lutter contre les déserts médicaux, vente des médicaments à l'unité et réforme de l'hôpital pour "décloisonner les relations entre le public et le privé et réformer les tarifications".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)