Pharmacovigilance : comment fonctionne la surveillance des effets indésirables des médicaments

Après sa mise sur le marché, un médicament continue à faire l'objet d'une surveillance étroite. En France, la pharmacovigilance repose sur un réseau de 31 centres régionaux coordonnés par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Pharmacovigilance : la surveillance des effets indésirables des médicamentsSurveiller et prévenir le risque d'effets indésirables liés à un médicament une fois que celui-ci a obtenu son autorisation de mise sur le marché (AMM), c'est le rôle de la pharmacovigilance.

Les 31 centres régionaux mis en place à cet effet recueillent les effets indésirables des médicaments signalés par les professionnels de santé ou les patients, et les transmettent à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

C'est à cette agence qu'il appartient alors d'évaluer ces informations, de conduire des études pour analyser les risques, de prendre des mesures correctives (précautions ou restriction d’emploi, contre-indications, voire retrait du produit) et de communiquer vers les professionnels de santé et le grand public sur la sécurité d'emploi du médicament.