croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Pacte du pouvoir de vivre : la Mutualité s’engage dans le tour de France

Le Pacte du pouvoir de vivre poursuit son tour de France le 11 décembre 2019, à Nantes, pour faire connaître les 66 propositions de ses 52 organisations membres en faveur d'urgences sociales et environnementales. Le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, sera présent à cette occasion et aux deux prochaines étapes, les 9 et 30 janvier 2020, à Dijon puis à Lille.

La mobilisation du Pacte du pouvoir de vivre se poursuit le 11 décembre 2019, à Nantes, dans le cadre d'un tour de France initié le 27 novembre, à Bordeaux et à Liévin. Objectif des différentes étapes prévues sur le territoire jusqu'au 6 février 2020 : mieux faire connaître l'initiative commune des 52 organisations membres qui militent en faveur d'un pacte écologique et social visant à donner à chacun le pouvoir de vivre dignement.

Syndicats, fondations, associations, mutuelles, ou fédérations parmi lesquelles la Mutualité Française, portent ensemble 66 propositions s'appuyant sur la volonté de ne plus dissocier les questions sociales et environnementales. L'enjeu est de lutter contre le dérèglement climatique, enrayer l’érosion de la biodiversité tout en améliorant le quotidien des citoyens, que ce soit sur le plan de leur santé ou au niveau social, en luttant par exemple contre la grande pauvreté. Représentant collectivement la voix de millions de citoyens, ces organisations souhaitent ainsi devenir parties prenantes dans la co-construction des politiques publiques.

"Construire un rapport de force"

"Avec le Pacte du pouvoir de vivre, le mouvement mutualiste agit avec des alliés, au sein d’un collectif, pour construire un rapport de force et faire valoir des positions communes", explique Thierry Beaudet, président de la Mutualité Française. "Le pacte rassemble des propositions politiques, sociales, environnementales qui permettent à chacun le pouvoir de vivre. Il renforce la visibilité de la Mutualité et nous permet de sortir de relations bilatérales avec les pouvoirs publics", poursuit-il.

Lors de la manifestation du 11 décembre, Thierry Beaudet participera à un débat aux côtés de Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Isabelle Mercier, secrétaire générale de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) Pays de la Loire, et Alice Buensoz représentante d’InterAsso Nantes et adhérente de la Fédération des associations générales étudiantes (Fage). Ces événements en région sont l'occasion d'initier des rencontres entre militants et citoyens, mais aussi d'échanger avec des élus locaux.

"Il n’est pas rare, et même fréquent, que les militants mutualistes soient d’ores et déjà impliqués dans d’autres organisations. Le Pacte du pouvoir de vivre structure, à l’échelon national, des dynamiques déjà en partie actives sur le terrain", indique le président de la Mutualité Française. "C’est toute la richesse d’un mouvement social comme le nôtre que de savoir créer des ponts avec un ensemble d’acteurs sociaux, pour évoluer et démultiplier nos actions. Et à chaque période, de trouver les moyens renouvelés, pertinents, pour le faire.", ajoute-t-il

Thierry Beaudet rappelle qu'au-delà de la santé, la Mutualité Française est aussi un acteur du social grâce à son rôle dans des domaines tels que la prévoyance, la retraite ou le logement. Au travers des services de soins et d'accompagnement mutualistes, elle intervient à tous les âges, à toutes les étapes de la vie. "Avec le Pacte du pouvoir de vivre, nous sortons de notre couloir pour aborder des thématiques qui nous sont moins proches, y compris sur les questions environnementales", renchérit-il.

Un autre débat, prévu 9 janvier 2020, à Dijon, rassemblera une nouvelle fois Thierry Beaudet et Christophe Robert, aux côtés de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Le président de la Mutualité Française sera également présent le 30 janvier à Lille, à une table ronde à laquelle interviendra Claire Hédon, présidente d'ATD Quart Monde.

Huit mesures d'urgence

En amont de ce tour de France, le Pacte du pouvoir de vivre a mené plusieurs initiatives locales depuis son lancement officiel, le 5 mars 2019, en marge du Grand débat national où ses propositions ont été immédiatement portées dans les instances de dialogue.

Au mois de juin, huit mesures d'urgences à mettre en œuvre au plus vite ont été diffusées puis présentées le 27 août à Edouard Philippe, lors d'une rencontre avec le Premier ministre.

Parmi ces mesures d'urgence, la première entend mettre fin aux "logements indignes" et aux "passoires énergétiques en interdisant leur mise en location". La seconde préconise d'évaluer "l'impact de toute nouvelle loi et politique publique sur les 10% les plus pauvres de la population et au regard des objectifs de développement durable". Sur le plan législatif, d'autres mesures réclament "un projet de loi de finances 2020 écologique et social" et "solidaire pour plus de justice", ainsi qu'une "ambition budgétaire pour le grand âge et l'autonomie" dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2020.

Par ailleurs, le Pacte du pouvoir de vivre appelle à une revalorisation des minimas sociaux, avec une évolution au même rythme que les revenus du travail. Autre attente exprimée : "systématiser la proposition d'accompagnement humain à l'exercice des droits et généraliser les maisons de services au public (MSAP)".

Enfin, le Pacte du pouvoir de vivre souhaite "permettre aux migrants qui se trouvent en France d'y déposer leur demande d'asile".

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)