croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La nouvelle carte de France des déserts médicaux

Près de 3,9 millions de Français se trouvent dans des "territoires à la situation alarmante" par manque de professionnels de santé, constate une enquête menée par le géographe de la santé Emmanuel Vigneron. Les hôpitaux sont également victimes de cette désertification.

"Année après année, le désert médial s'étend et s'aggrave", écrit Le Monde. De fait, bon nombre de Français se voient privés de toute offre de soins, relève le quotidien, qui a chargé le géographe de la santé Emmanuel Vigneron d'actualiser un travail d'enquête qu'il avait mené en 2010, visant à mesurer "la présence de plusieurs professions médicales sur le territoire".

De cette observation, il était déjà ressorti un appauvrissement de la couverture médicale sur certains cantons. En 2017, "les fractures se sont agrandies", prévient le géographe, car "de vastes pans du territoire sont désormais en voie de désertification".

En établissant un rapport entre la population et le nombre de professionnels de la médecine (généralistes libéraux et salariés, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, spécialistes…), Emmanuel Vigneron a attribué un barème allant de 1 à 10 aux 3.827 cantons étudiés.

En premier lieu, il apparaît que 18 de ces cantons obtiennent un score de 0, puisque dépourvus de tout praticien. Ensuite, rapporte Le Monde, "ils sont 128 à récolter un 1 : des cantons où l'on trouve, par exemple, cinq généralistes pour 10.000 habitants, mais aucun représentant des autres professions de santé. 366 obtiennent un 2".

En d'autres termes, si on additionne ces trois scores, près de 3,9 millions de personnes vivant sur ces territoires se retrouvent en "situation alarmante" par manque de médecins. A ce chiffre, on peut ajouter les 4,8 millions d'habitants représentés par les territoires ayant obtenu le score 3.

Alors que l'offre de soins se densifie dans les métropoles, certains départements comme la Manche, la Vendée ou le centre de la France sont particulièrement atteints par cette pénurie.

Celle-ci ne concerne pas seulement la médecine libérale, mais concerne aussi l'hôpital (hors CHU).

Pendant l'été 2015, l'hôpital de Valognes (Manche) a par exemple dû fermer définitivement son service d'urgences par manque de médecins. Face à la vacance de plus du tiers des postes de titulaires, d'autres régions se voient obligées de recruter des médecins intérimaires ou étrangers pour assurer le fonctionnement de leurs établissements.

Depuis longtemps, souligne le quotidien, cette question des déserts médicaux est abordée par les médias ou les représentants politiques. Lesquels tentent régulièrement de mettre en place des dispositifs d'incitation à l'installation en zones sous-dotées médicalement, le plus souvent sans grand succès. A croire, note Le Monde, que "la France semble être restée dans le déni, se contentant de voir un problème de nombre de médecins".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)