croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Nomination du gouvernement de Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, et Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

La composition du gouvernement de Jean-Marc Ayrault a été annoncée le 16 mai. L'équipe gouvernementale est composée de 34 ministres. Seront en charge des dossiers relatifs à la santé et à la protection sociale : Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, Finances et du Commerce, Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social, Benoît Hamon, ministre délégué en chargé de l'Economie sociale et solidaire.

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé

Marisol Touraine a été nommée le mercredi 16 mai ministre des Affaires sociales et de la Santé. Agée de 53 ans, cette agrégée de sciences économiques a été conseillère d’Etat et, de 1988 à 1991, conseillère technique de Michel Rocard, alors Premier ministre, avant de s’engager sur le terrain de la politique locale. En 1997, elle est élue députée de l’Indre et-Loire, siège qu’elle perdra en 2002 mais qu’elle retrouvera en 2007.

Depuis 1998, elle est conseillère générale du canton de Montbazon. Quand la majorité du conseil général d’Indre-et-Loire bascule à gauche en 2008, elle devient vice-présidente à l’insertion, la prévention et la jeunesse. Trois ans plus tard, elle sera réélue conseillère générale et élue présidente de cette assemblée départementale. Le principe de non-cumul des mandats défendu par le Parti socialiste pourrait l’amener à renoncer à certaines de ses responsabilités.

Mise à contribution de l’ensemble des revenus

Au Parti socialiste, elle est secrétaire nationale en charge de la santé et de la Sécurité sociale. Marisol Touraine est également spécialiste du dossier des retraites pour en avoir suivi la réforme en 2011. Dans l’équipe de campagne de François Hollande, elle était en charge du programme "Social, santé, personnes âgées, handicap". A ce titre, elle intervient le 8 février lors de la réunion régionale organisée à Paris par la Mutualité Française Ile-de-France sur le thème "Votre santé en 2012 : agissons pour rester solidaire !".

Au cours de ce débat, Marisol Touraine a souhaité "que les organismes complémentaires soient des acteurs mieux reconnus de notre système de santé, ce qui passe par des responsabilités renforcées, mais aussi des contreparties". Sur le financement de la protection socialiste, cette élue socialiste plaide pour une mise à contribution de l’ensemble des revenus, autrement dit ceux du capital et ceux du travail, et pour "mettre fin aux niches sociales".

Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur

Le ministère de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur revient à Pierre Moscovici, le coordinateur de la campagne présidentielle de François Hollande. Agé de 54 ans, cet énarque, conseiller maître à la Cour des comptes, est également président de la communauté d’agglomération du Pays-de-Montbéliard et député du Doubs. A l’Assemblée nationale, il est membre de la commission des Finances.

Diplômé de Sciences-Po, il est titulaire d’un DEA de sciences économiques et d’un DEA de philosophie. A la fois proche du mouvement strauss-khanien et sensible à l’écologie, Pierre Moscovici rejoint le Parti socialiste à sa sortie de l’Ena en 1984. Il se fait vite remarquer dans ses instances en devenant le plus jeune secrétaire du PS au congrès de Rennes de 1990. Par la suite, il sera aussi le benjamin des députés socialistes au Parlement européen en 1994 et du gouvernement Jospin lorsqu’il est nommé ministre délégué des Affaires européennes en juin 1997, poste qu’il assumera jusqu’en mai 2002. En outre, Pierre Moscovici a été vice-président du Parlement européen de 2004 à 2007.

Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget

Jérôme Cahuzac est nommé ministre délégué au Budget. Durant la campagne présidentielle de François Hollande, Jerôme Cahuzac a fait partie de l’équipe en charge des questions de budget, finances et fiscalité. Ce chirurgien plastique de formation, qui aura 60 ans au mois juin, est député du Lot-et-Garonne depuis 2007. Il avait déjà occupé cette fonction entre 1997 et 2002. Président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, il est également membre du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques.

Au niveau local, Jérôme Cahuzac est maire de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) depuis 2001, après avoir été conseiller général durant trois ans. Lors de son entrée au Parti socialiste à la fin des années 70, Jérôme Cahuzac soutient les idées de Michel Rocard. De 1988 à 1991, il devient ainsi conseiller technique au cabinet de Claude Évin, ministre des Affaires sociales des deux gouvernements Rocard. A ce titre, il a contribué à l’élaboration de la loi Évin, limitant la publicité sur l'alcool et le tabac.

Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social

Député socialiste de l’Indre et maire d’Argenton-sur-Creuse, ce normalien est un ami de longue date de François Hollande. Les deux hommes partagent d’abord leur chambrée à l’école d’application du génie d’Angers avant de se retrouver sur les bancs de l’Ena, en 1978, au sein de la fameuse promotion Voltaire, qui comptait également dans ses rangs Ségolène Royal ou Dominique de Villepin.

Chargé, durant la campagne, d’élaborer le programme économique du candidat Hollande, ce sexagénaire, membre de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, pourra s’appuyer sur une expérience gouvernementale déjà conséquente. Après un poste de ministre délégué auprès du ministre de la Justice dans le gouvernement d’Edith Cresson (1991- 1992), il a tenu les rênes de l'Économie et des Finances dans celui de Pierre Bérégovoy puis été ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État dans l’équipe gouvernementale de Lionel Jospin.

Ce rocardien a aussi été président du conseil régional du Centre de 1998 à 2000 puis de 2004 à 2007. On lui doit notamment la loi dite Sapin (1993) relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques.

Benoît Hamon, ministre chargé de l'Economie sociale et solidaire

Benoît Hamon est nommé ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, en charge de l’Economie sociale et solidaire.

Agé de 44 ans, ce Brestois était jusqu’à présent porte-parole du Parti socialiste. Implanté à Trappes (Yvelines), il est depuis mars 2010 conseiller régional d’Ile-de-France. Benoît Hamon travaille dans une société d’étude qu’il a cofondée, lefil.fr, et enseigne à l’université de Paris 8 le fonctionnement des organisations multilatérales et les processus décisionnels dans l’Union européenne.

Président du Mouvement des jeunes socialistes en 1993, il rejoint en 1997 le cabinet de Martine Aubry, alors ministre de l’Emploi et de la Solidarité pour suivre le dossier des emplois jeunes. Il choisit ensuite de travailler dans le secteur privé en rejoignant la société Ipsos.

De 2004 à 2009, il est député européen et siège au groupe des socialistes européens. Il siégeait à la commission des affaires économiques et monétaires et comme vice-président de la délégation pour les relations avec les États-Unis. Il est notamment l’auteur de deux rapports, l’un sur la révision stratégique du Fonds monétaire international (FMI) et l’autre sur la lutte contre les paradis fiscaux et le secret bancaire.

La rédaction

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)