croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicaments en libre-service : comparez les prix !

Depuis le 1er juillet, 248 médicaments sont accessibles en libre-service dans les pharmacies. Ces produits peuvent être achetés sans ordonnance et sont couramment utilisés en automédication. Leur prix est libre et doit être clairement affiché. Vous pouvez comparer les médicaments similaires et opter pour le moins cher. Retrouvez notre liste des médicaments en libre-service.

Patchs à la nicotine, antidouleurs, médicaments contre les maux de gorge, les brûlures d'estomac ou la diarrhée : depuis le 1er juillet, 248 médicaments peuvent être proposés en libre-service dans les pharmacies. Tous ces produits sont accessibles sans ordonnance et ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Il s'agit de médicaments couramment utilisés en automédication, pour soigner des symptômes bénins. Cette mesure doit permettre aux patients "d'obtenir le meilleur traitement au meilleur prix", selon les voeux de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Repérez la DCI de vos médicaments

Les pharmaciens doivent afficher clairement les prix de ces médicaments sur des étiquettes bien visibles. Il devient donc possible de comparer des produits similaires et de choisir le moins cher ! D'autant plus que le prix des médicaments en libre-service n'est pas encadré et peut varier d'une officine à l'autre.

Pour vous y retrouver parmi les différentes marques, prenez l'habitude de repérer la dénomination commune internationale (DCI) sur les emballages. Car contrairement au nom de marque, la DCI est le nom de la substance active - la molécule - contenue dans le médicament. A titre d'exemple, l'ibuprofène, utilisé notamment contre la douleur, est commercialisé sous une vingtaine de marques différentes !

Demandez le moins cher à votre pharmacien

Certains médicaments en libre-service ont un équivalent remboursé par la Sécurité sociale. Généralement, ces médicaments sont également accessibles sans ordonnance. Contrairement aux médicaments en libre accès, leur prix est fixé par les pouvoirs publics. Ces produits, qui sont obligatoirement délivrés par le pharmacien, sont souvent moins chers que leurs équivalents en libre-service. Ils bénéficient notamment d'une TVA plus avantageuse (2,1% pour les produits remboursés, contre 5,5% pour les non remboursables).

Ainsi, le même médicament peut être commercialisé à différents prix, moyennant un changement de nom et d'emballage. C'est, par exemple, le cas du Gavisconell®, médicament anti-acidité utilisé contre les reflux oesophagiens, vendu en libre-service au prix de 4,16 euros la boîte de 16 comprimés (source : IMS Health - prix public TTC en avril 2008). Son frère jumeau, le Gaviscon®, est remboursé par la Sécurité sociale mais peut aussi être délivré sans ordonnance. Son prix est de 2,26 euros la boîte de 20 comprimés, soit une différence de prix 130% lorsque l'on ramène le prix à l'unité.

Autre illustration : l'ibuprofène, produit bien connu contre la douleur. Sous le nom de marque Advil®, médicament remboursé mais aussi accessible sans ordonnance, l'ibuprofène est 57% moins cher que la boîte de Nurofen® disponible en libre service. Dans le cas de l'anti-diarrhéique lopéramide, une boîte d'Immodium Lingual® est trois fois plus chère que son équivalent Lopéramide Lyoc® (5,77 euros contre 1,82 euros).

Attention toutefois : ces tarifs reflètent les prix moyens observés dans les pharmacies avant la mise en place de la mesure. Ils risquent donc de changer dans les mois qui viennent. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé la mise en place d'un observatoire des prix "à la rentrée". Mais en attendant une hypothétique baisse des prix, le mieux est de vous adresser à votre pharmacien et n'hésitez pas à lui demander le médicament le moins cher !

Philippe Rémond

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)