Mediator® : Nicolas Sarkozy promet une refondation de la politique du médicament

Afin de "tirer toutes les leçons" du Mediator®, le président de la République a assuré hier que le gouvernement engagerait, dès cet été, une "refondation en profondeur" de la politique du médicament, rapporte Le Figaro (page 4). Des propos tenus lors de la présentation de ses vœux aux personnels de santé, à Chatillon-sur-Indre. Nicolas Sarkozy a également déclaré que "si des médicaments s’avèrent inefficaces, il faut les sortir du remboursement", souligne Le Parisien/Aujourd’hui (page 9), qui voit dans cette déclaration l’annonce d’"une nouvelle vague de médicaments déremboursés".

Le chef de l’Etat a promis de "resserrer les mailles du filet de notre système de pharmacovigilance", de "renforcer la garantie absolue d’indépendance, de transparence et d’impartialité des prises de décision" de tous les acteurs du secteur ou encore, d’améliorer "la formation continue de vos médecins pour qu’ils soient au courant dans le maquis de la profusion d’innombrables informations médicales", notent Les Echos (page 2).

Pour la première fois en public, Nicolas Sarkozy a exprimé sa compassion envers les "familles des victimes" du Mediator®, dont il a dit comprendre "la colère", souligne Le Figaro (page 4).

Concernant les dépenses de santé, le chef de l’Etat a annoncé que l’Ondam pour 2010 (+3%) "a été tenu, selon les informations dont nous disposons aujourd’hui". Le taux d’évolution des dépenses prévu pour 2011 (+2,9%) devrait l’être également, rapporte Le Parisien.

Après avoir visité une unité pour malades souffrant de la maladie d’Alzheimer, le président a évoqué le financement de la dépendance sous forme de questions sans réponses : "Est-ce que ce sera l’assurance ? (...) plus de travail ? (...) des prélèvements ? Le débat éclairera la décision des uns et des autres, mais la décision, il faudra la prendre." "Mon devoir, c’est de ne pas repousser les décisions difficiles", a-t-il martelé, comme pour rassurer l’électorat âgé, selon Le Figaro. Enfin, Nicolas Sarkozy a indiqué qu’il mènerait à bien la réforme de la médecine de proximité, courant 2011.

Ile-de-France : inégalités de santé en hausse
L’inégalité en matière d’espérance de vie et d’accès aux soins se creuse d’un département à l’autre de l’Ile-de-France (IDF), selon une étude de l’agence régionale de santé (ARS), dévoilée par Le Parisien/Au­jourd’hui (pages 1 à 3). La Seine-et-Marne est la lanterne rouge en matière d’espérance de vie chez les hommes : 77,4 ans, contre près de 80 ans dans les Hauts-de-Seine. Le taux de suicides pour les hommes est le plus élevé en Essonne : 19,6 pour 100.000 habitants (11,3 en IDF), devant le Val-d’Oise (17,6) et la Seine-et-Marne (16,6). Chez les femmes, les Yvelines détiennent le record régional de suicides : 7,5 pour 100.000 (4,9 en IDF).

La Seine-Saint-Denis détient le triste record de la mortalité infantile, avec 5,4 pour 1.000 naissances (3,9 pour 1.000 en IDF, 3,6 pour la France entière). Concernant la mortalité par maladie cardio-vasculaire chez les hommes, la Seine-et-Marne se place en tête avec 173,4 cas pour 100.000, devant l’Essonne et les Yvelines.

"Ce qui m’a le plus frappé est ce décalage paradoxal entre un bon niveau global de santé et une situation très dégradée pour certains indicateurs dans les zones de grande précarité sociale, où l’offre de soins (médecins, etc.) est souvent insuffisante", commente, dans Le Parisien, Claude Evin, directeur de l’ARS d’Ile-de-France. Comment remédier à cette aggravation des inégalités en matière de santé ? "Tout au long de janvier, j’installe les conférences territoriales de santé dans les huit départements franciliens." Chaque conférence regroupera une cinquantaine d’acteurs de la prévention et des professionnels de santé exerçant en médecine de ville ou dans les hôpitaux publics. "C’est avec eux que sera élaborée une politique régionale de santé, collant au plus près des besoins locaux", explique Claude Evin.
John Sutton