Mediator® : Jacques Servier cité à comparaître

Le président des laboratoires Servier, fabricant du Mediator®, est appelé à comparaître le 11 février devant le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), révèle Le Figaro dans ses pages santé (page 11).
Sont également cités les laboratoires Servier, mais aussi des personnes physiques comme le directeur général délégué et pharmacien de la firme, ajoute le quotidien. "Une nouvelle étape vient donc d'être franchie sur le plan judiciaire", estime Le Figaro. Le choix de cette procédure devrait permettre un jugement beaucoup plus rapide qu'au pénal. Le 11 janvier, l'Association des victimes de l'Isoméride® et du Mediator® a déposé 116 plaintes au parquet de Paris pour homicides et blessures involontaires provoquées par ce médicament commercialisé en 1976.

D'autre part, la publication samedi du rapport accablant de l'Igas et l'annonce par Xavier Bertrand d'une réforme de l'Afssaps, suscitent de nombreuses réactions de la part des acteurs du système de santé, notamment celle de la Mutualité Française, qui réclame "une refonte du circuit du médicament dans les plus brefs délais" (Le Figaro page 12 et La Dépêche du Midi). Pour contribuer à cette réforme, la Mutualité "va prochainement présenter des propositions en matière d'autorisation de mise sur le marché, de pharmacovigilance, d'évaluation des médicaments et sur la place des différents acteurs".

Pour la Mutualité, la "place exorbitante" de l'industrie pharmaceutique s'explique par "l'absence d'investissements publics suffisants dans les domaines de la formation, de la recherche, du soutien aux publications", note Le Figaro. Enfin, concernant "l'indemnisation légitime des patients", la Mutualité, également citée le 16 janvier dans le journal de 22 heures de France Info "ne comprendrait pas que la solidarité nationale intervienne en lieu et place du laboratoire Servier". Elle sera aux côtés des adhérents victimes dans cette affaire.

"Bannissons les visiteurs médicaux des cabinets ! Sans l'influence de ces représentants de commerce, la France ne serait pas championne du monde de la consommation de médicaments", s'insurge Martin Hirsch, ancien directeur général de l'Afssaps, dans Le Journal du dimanche (page 15). "Mettons les labos à la porte des hôpitaux, de la formation initiale et continue des médecins !", propose-t-il. Pour Martin Hirsch, "il faut ”renationaliser” la pharmacovigilance, qui ne doit pas dépendre des sociétés pharmaceutiques".

De son côté, le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) demande la mise en place rapide d'un mécanisme d'indemnisation public des victimes. Gérard Bapt, président de la mission d'information parlementaire sur le Mediator®, qui avait été le premier député à demander des comptes sur ce produit, souhaite une réforme en profondeur du système de contrôle des médicaments. Le Dr Claude Bronner, généraliste à Strasbourg et membre d'un groupe de travail de l'Afssaps, estime de son côté qu'il faudrait simplifier le système des alertes de pharmacovigilance en faisant circuler l'information en temps réel grâce à Internet.

Dépendance : premières annonces jeudi
Le président de la République devrait dévoiler jeudi les objectifs de la réforme de la dépendance, à l'occasion d'un déplacement à Châtillon-sur-Indre (Indre), au cours duquel il adressera ses vœux aux acteurs de la santé, du soin et de la prise en charge de la dépendance, rapporte Le Journal du dimanche (page 12). Nicolas Sarkozy sera accompagné de Valérie Rosso-Debord, députée UMP, auteure d'un rapport sur le sujet.

Officiellement, aucune décision ne sera prise avant la tenue des tables rondes dans les régions et les rapports des quatre groupes de travail mis en place par Roselyne Bachelot. Dès l'automne, des dispositions devraient être votées dans les lois de finances, rappelle le JDD. Par ailleurs, le chef de l'Etat a confirmé vendredi dans un discours devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese) que cette assemblée consultative serait saisie "dans les prochains jours" par le gouvernement, pour rendre un avis sur la réforme de la dépendance, notent Les Echos (page 4). L'avis du Cese, qui montera très probablement une commission ad hoc, selon le quotidien, devra être rendu l'été prochain.
John Sutton