Médecins libéraux : moins nombreux mais mieux payés

Si les déserts médicaux s'étendent, ce n'est pas seulement parce que les médecins négligent certaines zones de notre territoire. C'est aussi parce que les effectifs des praticiens libéraux diminuent. Selon un document de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) présenté jeudi 31 mars 2016 aux syndicats de médecins dans le cadre des négociations conventionnelles, il apparaît en effet que leur nombre a chuté de 0,5% entre 2011 et 2015.

Sur cette période, rapportent Les Echos qui se sont procuré ce document, le nombre de médecins libéraux a reculé à 114.425, un niveau qui reste néanmoins "historiquement élevé".

La baisse a été particulièrement significative chez les généralistes (–0,7%), alors que, chez les spécialistes, le recul affiché est de 0,3%.

Chez ces derniers, "le déclin est marqué chez les stomatologues (–2,3%), les dermatologues et les rhumatologues (–1,4%), les gynécologues (–1,2%) ou les ORL (–0,7%)".

En pleine négociation avec la Cnam, remarque le quotidien, ce constat global pourrait être utilisé par les syndicaux de médecins pour obtenir une revalorisation des honoraires.

Pour l'assurance maladie, cette option est envisageable mais conditionnée au développement de "consultations longues auprès des enfants pour prévenir l'obésité, ou bien auprès des jeunes filles sur la contraception".

Pourraient également être concernés les médecins spécialistes de ville pour des consultations de patients atteints de pathologies lourdes (polyarthrite rhumatoïde, maladie de Parkinson, asthme instable, dépressions sévères de l'adolescent).

Par l'entremise de leurs syndicats, les médecins souhaitent voir évoluer le tarif de base de la consultation, qui est de 23 euros pour les généralistes et 25 euros pour les spécialistes. Or, rapportent Les Echos, la Cnam fait valoir qu'"après prise en charge des cotisations sociales et ajout de diverses majorations, la consultation d'un généraliste revient en moyenne à 27,50 euros, 28 euros s'il pratique un exercice particulier (tabacologie, homéopathie…)".

Sur la période 2011-2015, détaille par ailleurs l'assurance maladie, les revenus des médecins libéraux ont crû de 1,6% par an. Leurs seuls honoraires ont progressé de 2,6%, notamment grâce à la rémunération sur objectifs de santé publique. En moyenne, détaille le quotidien, le revenu annuel des généralistes s'élève à 80.141 euros, contre 125 705 euros pour les spécialistes. Chez ces derniers, "les radiologues, les ophtalmologues et les anesthésistes gagnent très bien leur vie", ce qui est moins le cas des pédiatres et des psychiatres.

A lire aussi dans la presse

Protection sociale

Santé

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)