croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médecins : délais de rendez-vous à rallonge dans les déserts médicaux

Obtenir un rendez-vous chez le médecin exige à plus d'un titre d'être patient. Certaines spécialités sont saturées, en particulier dans les déserts médicaux, qui affectent plus de 11.300 communes.

Près d'une commune française sur trois fait désormais partie de la liste des déserts médicaux. Soit 11.329 municipalités, pour lesquelles l'accès aux soins est devenu problématique, comptabilise Le Figaro via une "carte inédite".

Cet outil, précise le quotidien, a été élaboré à partir d'un nouvel indicateur baptisé l'"indice d'accessibilité potentielle localisée (APL)", conçu par la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees) à partir de chiffres de 2016.

Cette direction du ministère de la Santé a par ailleurs publié le 9 octobre 2018 les résultats d'une vaste enquête sur les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous chez un professionnel de santé. Pour cela, pas moins de 21.700 patients "ont consigné précisément pendant trois mois dans un carnet les réponses apportées par les professionnels de santé à leurs demandes de rendez-vous", indique Le Monde.

Il apparaît notamment que le délai d'obtention d'un rendez-vous dépend de la nature plus ou moins urgente de la demande : s'il y a apparition ou aggravation d'un symptôme, le patient sera plus vite reçu que pour un contrôle de routine. Et cela, quelle que soit la discipline médicale concernée.
En général, rapporte le quotidien, 49% des appels chez le généraliste donnent lieu à un rendez-vous dans les deux jours. En cas d'urgence, une demande sur deux est satisfaite dans la journée. Si les symptômes sont sans gravité, la demande, dans un cas sur dix, ne pourra être satisfaite avant 11 jours.

Chez les spécialistes, que ce soit urgent ou non, les délais sont plus longs. En moyenne, 52 jours d'attente sont nécessaires pour une consultation chez un cardiologue, 61 chez un dermatologue et 90 chez un ophtalmologue.

En cas d'apparition d'un symptôme imprévu, il faut dans un cas sur deux patienter près de 8 jours pour consulter son dentiste. Dans les mêmes conditions, le délai monte à 9 jours chez le gynécologue, 20 jours chez l’ophtalmologue et 34 jours environ chez le dermatologue.

Sans surprise, la satisfaction du patient est corrélée à la densité médicale du territoire où il vit. A Paris et sa banlieue, il faut par exemple attendre au minimum 29 jours pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologue, alors que l'attente peut monter à 97 jours dans certaines villes de sous-préfecture.

Chez un gynécologue parisien, le délai médian est de 20 jours, contre 40 jours en zones sous-médicalisées.

D'après la Drees, les principales victimes des déserts médicaux sont "les couronnes rurales des grands pôles", "les communes hors influence des pôles" et "les périphéries des petits et moyens pôles".

Au ministère de la Santé, complète Le Figaro, on considère qu'à 2,5 consultations par an et par habitant, une commune est un désert médical. Les territoires en dessous de ce seuil sont quant à eux classés d'office en zone prioritaire. Ceux situés entre 2,5 et 4 consultations par an et par habitant, sont en situation "insatisfaisante".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)