croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Mauvais comptes

Nicolas Sarkozy entre officiellement en fonction aujourd'hui, après la cérémonie de passation des pouvoirs avec Jacques Chirac, organisée ce matin à 11 heures. Le président sortant a fait ses adieux aux Français hier soir dans une dernière allocution télévisée, en affirmant qu'il transmettra le pouvoir à son successeur "avec la fierté du devoir accompli", rapporte Le Figaro (page 8). "Insécurité routière, handicap, cancer : trois grands chantiers couronnés de succès", titre le quotidien (page 10), qui juge très positif le bilan de la politique sanitaire et sociale de Jacques Chirac : "La mortalité sur les routes a chuté, l'insertion des handicapés a progressé et la prévention des cancers s'est améliorée." Le quotidien Les Echos (pages 3 à 5) se tourne, lui, déjà vers l'avenir en dressant la liste des "dossiers prioritaires du nouveau président de la République".

A la lettre "C" de ce très sérieux abécédaire, on trouve le Comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie, qui pourrait demander des mesures de redressement en raison du dérapage des dépenses. Le quotidien économique en est certain, la seule question qui se pose pour lui étant "quand ?". Officiellement, le comité doit rendre un avis avant le 1er juin, mais en raison des élections législatives, le déclenchement de la procédure d'alerte pourrait être reporté à la deuxième quinzaine de juin.

Le gouvernement et l'assurance maladie disposeraient alors d'un mois pour proposer des mesures d'économies "forcément impopulaires". Les Echos avancent l'hypothèse que le futur ministre des Comptes sociaux (Xavier Bertrand ?) "pourrait préférer présenter une loi de financement de la Sécurité sociale rectificative en juillet, afin de retrouver des marges de manœuvre".

Le Monde (page 13) juge également qu'"à peine nommé, le nouveau ministre des Comptes sociaux devra s'atteler à un plan de redressement des dépenses d'assurance maladie". Le quotidien du soir rappelle qu'en avril, les membres du Comité d'alerte avaient déjà tiré la sonnette d'alarme en relevant un dérapage des dépenses plus important que prévu de 1,2 milliard d'euros en 2006. Malgré une réduction réelle du déficit, l'évolution des dépenses reste supérieure de 1 à 1,5% à celle de la croissance du PIB, "et rien ne laisse supposer que ce rythme soit infléchi durablement".

L'instauration d'une franchise sur les actes de soins, inscrite dans le programme du nouveau président, "pourrait intervenir rapidement", estime Le Monde, qui a fait les comptes : Si elle est fixée à 100 euros, elle rapportera 2,8 milliards d'euros. Autres pistes évoquées : la baisse de remboursement de certains médicaments, un prélèvement sur chaque boîte, le prélèvement anticipé des cotisations sociales (CSG et CRDS) sur les contrats d'assurance-vie, l'expérimentation de la TVA sociale… L'instauration des franchises aurait un "impact défavorable dans l'opinion", car elles concentrent "l'essentiel de la charge sur les familles", tout en excluant des soins les plus pauvres et les plus grands consommateurs, notamment les personnes âgées, met en garde Le Monde.

A lire aussi – Faux médicaments sur Internet


Substances dopantes, antidépresseurs, anxiolytiques, lentilles de contact, hormones de croissance, pilules miracles contre le vieillissement, l'obésité, la calvitie ou les "pannes" sexuelles… on trouve de tout dans l'armoire à pharmacie d'Internet, mais 60% des médicaments proposés sont contrefaits, estime le quotidien Les Echos (page 25). Le week-end dernier, les douaniers ont saisi 49.790 boîtes de faux Viagra® à l'aéroport de Roissy, note Le Figaro (page 16). Même si la France semble plutôt épargnée par les trafiquants, les autorités sanitaires ont néanmoins décidé de réagir, annonce L'Express (n°2915 pages 92 et 93). L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et l'Ordre national des pharmaciens lanceront, le 22 mai prochain, une grande campagne de sensibilisation contre les faux médicaments, destinée au grand public.