croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Marisol Touraine va présenter un plan de relance des génériques

La ministre de la Santé présentera mardi prochain un "plan national de promotion des médicaments génériques" pour 2015 à 2017. L'objectif est de réaliser 350 millions d'euros d'économies, indique Le Figaro-économie (page 25). Marisol Touraine souhaite faire signer à tous les acteurs du secteur de la santé une "charte d'adhésion" aux génériques. Elle vise à "lever les derniers freins à l'usage des génériques, pour toutes les situations où cela est possible".

Les médecins ne se montrent guère enthousiastes à l'idée de cette charte. "Nous sommes d'accord pour développer les génériques, mais ce n'est pas notre priorité du moment", estime, dans Le Figaro, Claude Leicher, président du syndicat de généralistes MG-France, en référence à l'opposition des médecins à la loi de santé, examinée actuellement en commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale. "Ce n'est pas le sujet du jour !", renchérit le président de la CSMF, Jean-Paul Ortiz.

La ministre de la Santé compte surtout sur les hôpitaux pour développer les génériques, comme cela a déjà été fait avec succès par la médecine de ville. Mais les laboratoires pharmaceutiques font de la résistance puisqu'ils "cassent les prix pour inciter les médecins à prescrire leurs dernières nouveautés", précisent Les Echos. Le ministère de la Santé veut donc "décourager les laboratoires de vendre leurs produits à prix très bas à l'hôpital".

Autre mesure, poursuit Le Figaro-économie : permettre aux pharmaciens d'appliquer un échange "tiers payant contre génériques" sur les ordonnances hospitalières et les patients qui bénéficient de la CMU et de l'aide médicale d'Etat (AME).

A lire aussi – Les syndicats de médecins à Matignon

Le Premier ministre recevra ce matin les responsables des syndicats de médecins libéraux, en présence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, rapporte Le Parisien/Aujourd'hui (page 9). "La rencontre permettra aux représentants des professionnels, des jeunes médecins, internes, chefs de clinique-assistants et étudiants, de formuler leurs attentes vis-à-vis de la grande conférence de santé, alors qu'ils viennent d'exprimer des inquiétudes quant à leurs futures conditions d'exercice", précise le communiqué de Matignon.

Ce sera également l'occasion de les convaincre de l'utilité de la généralisation du tiers payant, à l'image de la Dre Martine Lalande qui s'exprime dans L'Humanité (page 14). Cette professionnelle de santé exerce depuis trente ans dans un quartier défavorisé de Gennevilliers (Hauts-de-Seine). "Dans un quartier comme les Agnettes, très pauvre, payer 6,90 euros au lieu de 23, c'est utile pour se soigner !", plaide-t-elle, tout en reconnaissant que "le tiers payant ne résout pas le problème de ceux qui ne peuvent pas se payer une mutuelle".

Le système actuel, basé sur le paiement à l'acte, "favorise le mauvais travail [des médecins] et la consommation d'actes, déplore Martine Lalande, par ailleurs vice-présidente du Syndicat des médecins généralistes (SMG). Cela ne prend pas en compte les activités de conseil et de prévention." "Les médecins pourraient être salariés ou payés en fonction du nombre des patients dont ils s'occupent et sur des critères adaptés aux territoires", propose-t-elle.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)