Marisol Touraine : des mesures qui « ne pèseront pas sur les épaules et le budget des Français »

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine

Le déficit de la Sécurité sociale devrait s'élever à -14,7 milliards d'euros fin 2012. Le gouvernement prévoit de nouvelles recettes, comme l'augmentation de la taxation des revenus du capital. Mais cette fois, les patients ne devraient pas être mis à contribution pour renflouer les caisses de l'assurance maladie.

Les Français ne paieront pas plus cher pour leur santé, en dépit de la crise et du perpétuel déficit de la Sécu ! C'est en substance ce qu'a annoncé le 5 juillet à la presse la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, suite à la Commission des comptes de la Sécurité sociale.

Le montant du déficit de la Sécurité sociale devrait s'élever en 2012 à -14,7 milliards d'euros. C'est une amélioration par rapport à celui de 2011, qui avait dérapé à -17,4 milliards. Le déficit de la branche maladie atteindrait, quant à lui, -6,7 milliards d'euros cette année.

Taxer les revenus du capital

Ces chiffres intègrent de nouvelles recettes, comme l'augmentation de la taxation des revenus du capital et des stock-options. Ces deux mesures apporteraient respectivement 800 millions et 75 millions d'euros.

Autre annonce : le taux de prélèvement du forfait social va passer de 8% à 20% et se rapprochera du niveau de prélèvements sur les salaires. Pour rappel, le forfait social s'applique sur les éléments de rémunération exonérés de cotisations de Sécurité sociale comme par exemple l'intéressement, la participation ou l'abondement de l'employeur aux versements au plan d'épargne entreprise. Cette mesure doit apporter 550 millions d'euros.

Enfin, la taxation des revenus immobiliers des non-résidents devrait produire 50 millions d'euros de recettes nouvelles.

"Pas d'autres déremboursements" pour les patients

"Si on ne peut pas, aujourd'hui, revenir sur les franchises médicales, il n'est pas question de procéder à d'autres déremboursements", promet Marisol Touraine. Les prochaines mesures "ne pèseront pas sur les épaules et le budget des Français !"

La ministre veut engager des "réformes de structure" qui "garantissent mieux à chaque Français de pouvoir se soigner". Marisol Touraine souhaite également régler "le problème des dépassements d'honoraires". L'ouverture des négociations est d'ores et déjà programmée au 25 juillet.

Autre préoccupation de la ministre : le renforcement du parcours de soins. "On en avait beaucoup parlé mais on a peu agi", dénonce-t-elle. Les médecins et les soignants de proximité en seront "la clé de voûte". Marisol Touraine fixe ce rendez-vous à l'automne, lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013.

Ghislaine Trabacchi et Philippe Rémond

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)