Maladies chroniques : plan de dernière minute

Si les maladies chroniques touchent près de 15 millions de Français, elles sont généralement mal connues et leur prise en charge souffre de carences. Comme le rappelle Le Monde (page 34), la mise en œuvre d'un plan contre ces affections "avait été inscrite dans la loi de santé publique du 9 août 2004". Or, celui-ci a été présenté hier par Philippe Bas, "à quelques jours de son départ du ministère de la Santé", tient à relever Libération (page 14). Le Monde également s'étonne qu'une telle annonce se produise "à deux semaines du second tour de l'élection présidentielle"…

En France, détaille Le Monde, on compte 3,5 millions de personnes asthmatiques, 25 millions de diabétiques, autant d'insuffisants rénaux, 3 millions de patients atteints d'une maladie rare (drépanocytose, sclérose latérale amyotrophique, mucoviscidose…) ou encore 500.000 personnes souffrant d'épilepsie. "S'y ajoutent des affections telles que la broncho-pneumopathie obstructive, le cancer, le sida ou les maladies neuro-dégénératives qui concernent 850.000 personnes âgées."

Pour accompagner les personnes atteintes par ces maladies, le plan projette de se recentrer "sur le malade et plus seulement sur la maladie", a annoncé Philippe Bas. Objectif : que les patients connaissent mieux leur mal et le dominent. Ainsi, des "cartes individuelles d'information et de conseils" seront adressées aux personnes malades, a indiqué le ministre de la Santé. Un portail Internet devrait aussi être développé avant la fin 2007.

Comme le souligne Le Monde, il est prévu de reconnaître la prévention et l'éducation du patient comme une "activité de soins" à part entière. Une formation sera proposée aux professionnels de santé et un financement spécifique pourrait être alloué pour l'hôpital et la médecine de ville. A ce titre, Les Echos (page 4) rappellent qu'un investissement de 200 millions d'euros avait déjà été annoncé en faveur de plusieurs mesures "comme le doublement du nombre de places en hospitalisation à domicile (à 15.000 places en 2011)".

De même, poursuit ce quotidien, des "coordinateurs de soins" tels que des infirmiers, des kinésithérapeutes ou encore des assistantes sociales seront formés dans le but de favoriser le maintien à domicile des patients. Les aidants familiaux pourront bénéficier de cette formation afin d'assurer certains "gestes techniques".

A lire aussi – Dépenses maladie en hausse de 4,3%

Selon la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), les dépenses maladie du régime général de la Sécurité sociale ont augmenté de 3% sur les douze derniers mois, indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 11). "Sur l'ensemble du premier trimestre, les dépenses sont en hausse de 4,3% (4,9% pour les honoraires médicaux, 4,5% pour les arrêts de travail, 3% pour les médicaments, 2,8% pour les hôpitaux, 3,3% pour les cliniques)", relève Le Figaro (page 21).

Comme le signalent Les Echos (page 4), "après deux mois marqués par un contexte épidémique important" dû notamment aux diverses épidémies saisonnières comme la grippe ou les gastro-entérites, le mois de mars se traduit par un fléchissement des dépenses maladie. Toutefois, ajoute La Tribune (page 28), l'évolution des dépenses d'assurance maladie reste "très préoccupante eu égard à l'objectif fixé par le Parlement pour l'année 2007". En effet, l'objectif national de dépenses de l'assurance maladie (Ondam) n'autorisait qu'une hausse des dépenses de 2,6%. Avec un taux de 4,3% au premier trimestre 2007, on est encore loin de cet objectif.