La Macif consolide ses activités de santé et de prévoyance

De gauche à droite, Frédéric Channac, directeur général délégué Assurances de personnes du groupe Macif, Jacques Chemarin, vice-président du groupe Macif et président de Macif-Mutualité, et Fred Vianas, directeur du pôle santé/prévoyance du groupe Macif.

La Macif crée, à l'horizon 2018, une union mutualiste de groupe (UMG) pour consolider ses activités de santé et de prévoyance. Composée de cinq mutuelles, cette entité constituera le quatrième groupe de la Mutualité Française.

Début 2018, une nouvelle union mutualiste de groupe (UMG) verra le jour dans le monde mutualiste. La Macif a en effet annoncé le 25 mai 2016 sa volonté de structurer ses activités de santé et de prévoyance autour d'une UMG. Contrairement à l'union de groupe mutualiste (UGM), qui facilite aussi les rapprochements et les stratégies communes, l'UMG est plus engageante car elle crée des liens de solidarité financière entre ses membres, rappelle-t-on.

Cette UMG sera constituée des cinq mutuelles du pôle santé/prévoyance de la Macif : Macif-Mutualité, Apivia mutuelle, la Mutuelle Air France, la Mutuelle du personnel IBM et la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT). Sa vocation est d'accueillir ensuite d'autres partenaires.

Le pôle santé/prévoyance de la Macif représente aujourd'hui 13% de l'activité du groupe Macif. Son chiffre d'affaires a atteint près de 1 milliard d'euros en 2015. Ce pôle compte 1,3 million de personnes protégées en santé et 635.000 sont assurés en prévoyance.

"Un marché hyper réglementé"

Pour ces mutuelles confrontées à "un marché hyper réglementé", créer une structure d'adossement permet de "retrouver une liberté et une capacité d'initiative, avec des moyens partagés", a indiqué Jacques Chemarin, vice-président du groupe Macif et président de Macif-Mutualité, lors d'une conférence de presse. "Notre deviendrons le 4e groupe au sein de la FNMF [Fédération nationale de la Mutualité Française]", a-t-il précisé.

"Il nous a paru évident […] d'avoir une stratégie commune et les moyens de piloter notre activité de façon globale", a renchérit Fred Vianas, directeur du pôle santé/prévoyance du groupe Macif. Autre souhait partagé : instaurer "une forme de solidité financière du pôle santé/prévoyance, au travers d'une solidarité financière entre nos mutuelles", poursuit-il. Pour Fred Vianas, "le plus important est de se développer ensemble, parler d'une seule voix, que ce soit auprès du marché ou en interne".

Tirer parti de l'effet de taille

Cette ambition commune s'appuie notamment sur un modèle de gouvernance qui respecte les identités de chacun. Les composantes de l'UMG se sont déjà mises d'accord sur un point essentiel : Alain Montarant et Jean-Marc Raby, respectivement président et directeur général du groupe Macif, occuperont les mêmes fonctions dans la future union.

Le projet repose également sur un modèle industriel visant à mieux répondre aux évolutions du marché, via une "agilité des moyens". Enfin, le modèle économique choisi "tire parti de l'effet de taille", grâce à une mutualisation des moyens, explique Fred Vianas.

Par exemple, toutes les mutuelles de l'UMG utiliseront le même fournisseur de tiers payant, c'est-à-dire Almerys. Elles disposeront du même réseau de soins, Santéclair, à compter du 1er janvier 2017. Ensemble, ces mutuelles proposent d'ores et déjà une offre collective dans le cadre de l'accord national interprofessionnel (Ani), qui a généralisé la complémentaire santé à tous les salariés en janvier 2016. Autre réalisation : une offre éligible à l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS).

Plan stratégique #macifutur

Les cinq mutuelles entrent désormais dans une phase de délibérations en conseil d'administration, de préparations d'assemblées générales, mais aussi de contacts avec l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et l'Autorité de la concurrence. Cette phase devrait se dérouler jusqu'en juin 2017.

"C'est le schéma classique quand on crée une UMG, elle-même articulée à une Sgam [Société de groupe d'assurance mutuelle] prudentielle. L'objectif est d'avoir un groupe prudentiel effectif et opérant, au sens de Solvabilité 2, à compter du 1er janvier 2018", explique Frédéric Channac, directeur général délégué Assurances de personnes du groupe Macif.

L'ensemble de cette réorganisation s'inscrit dans le cadre du plan stratégique #macifutur. Il fixe "des objectifs ambitieux à l'horizon 2020", parmi lesquels "5,5 millions de sociétaires et une capacité bénéficiaire de l'ordre de 150 millions d'euros par an" afin de renforcer la solvabilité du groupe.

Concernant plus précisément le pôle santé/prévoyance, l'objectif est d'avoir 800.000 assurés en prévoyance d'ici 5 ans. En santé, aucun chiffre précis n'est avancé en raison des récentes réformes ayant bouleversé ce marché : ANI, ACS, contrats seniors, etc.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)