croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Loi Travail : une nouvelle mouture moins sensible

Le Premier ministre a reculé hier sur les articles les plus contestés du projet de loi Travail, parmi lesquels le barème des indemnités prud'homales ou les critères justifiant des licenciements économiques. Une initiative saluée par la CFDT, mais décriée par le patronat, tandis que la CGT, FO et l'Unef continuent de demander le retrait total de la réforme.

Le texte ainsi modifié est-il définitif ? "Le Parlement va faire son travail", a simplement répondu Manuel Valls, au "20 heures" de France 2, se déclarant confiant sur la possibilité de "convaincre" du bien-fondé d'une réforme "intelligente, audacieuse et nécessaire". Le Premier ministre a cependant reconnu "des ratés", sur un projet "avouons-le mal parti", propos rapportés dans Le Parisien/Aujourd'hui (page 2), qui titre en "une" : "Loi Travail : Tout ça pour ça."

"Exit la plupart des mesures contestées, l'exécutif a décidé de répondre positivement aux demandes des syndicats "réformistes", CFDT en tête", souligne Libération (page 3). "Un projet de loi qui était déséquilibré, qui n'était pas compris, faisait courir des risques aux salariés, devient un projet de loi qui peut potentiellement être porteur de progrès pour les jeunes et pour les salariés, parce qu'il revient à sa philosophie, c'est-à-dire à plus de négociations collectives à tous les étages", estime Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, cité dans Les Echos (page 2).

En revanche, Force ouvrière considère que le gouvernement n'a apporté que des "corrections à la marge". Sur "les heures supplémentaires, la médecine du travail, le travail de nuit" ou l'appréciation des motifs de licenciement économique à l'échelle nationale, "il n'y a pas de changement", ajoute son secrétaire général, Jean-Claude Mailly. Pour la CGT, "la mobilisation est plus que jamais d'actualité". "Il y a des annonces, des effets d'annonces, mais concrètement, tout est dérogeable au niveau de l'entreprise", dénonce son leader Philippe Martinez, pour qui "le Medef est épargné" par la réforme.

"Loi Travail : les PME victimes des reculs de Hollande", titrent Les Echos en "une". Pierre Gattaz, le patron du Medef, estime que rendre le plafonnement des indemnités prud'homales "indicatif" enlève toute "la cohérence au dispositif général". Plus sévère, François Asselin, président de la CGPME dénonce "une réforme à l'envers", ne voyant que "peu d'avancées" pour les PME. Ce projet de loi sera présenté en Conseil des ministres le 24 mars.

 

A lire aussi dans la presse – Télémédecine à la pharmacie mutualiste de Roanne

Une cabine de télémédecine chez le pharmacien pour pallier le manque de médecins de ville : c'est l'expérience originale lancée à Roanne (Loire), avec plusieurs partenaires, dont la Mutualité Française, la mutuelle Eovi Usmar services et soins, l'Université Jean-Monnet de Saint-Etienne et l'Agence du développement économique de la Loire, rapporte Libération (page 9). Le lieu d'installation : la pharmacie mutualiste située au centre-ville.

"C'est une cabine, aux dimensions d'un photomaton, avec un siège incliné, un écran d'ordinateur pour guider le patient ou organiser une téléconsultation, avec des instruments pour peser, mesurer, calculer l'indice de masse corporelle, prendre la tension…", décrit Eric Favereau dans Libération.

Une révolution ? "La cabine ne remplace pas le médecin", affirme Eric Bouvier, directeur général de la Mutualité Française Loire. Il explique que la cabine est juste là pour alléger la charge de travail des médecins de ville, qui exercent dans le Roannais, une zone sous dotée médicalement.

"On ne fera pas de médecine sans médecin. Mais dans un territoire en tension, si cela peut soulager, dans le cadre d'une surveillance bien protocolisée avec les médecins, alors ça peut avoir un intérêt", reconnaît, dans Libération Jean-François Janowiak, secrétaire général de l'Ordre des médecins de la Loire. Le Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss) suit de près cette expérience locale de télémédecine. On verra bien, avec le temps, si les usagers vont se l'approprier ou non.

 

En bref

Social

"L'appel des 110 cancérologues contre le coût des traitements." Les meilleurs cancérologues français lancent un appel contre l'explosion "injustifiée" du prix des médicaments anticancéreux. Le Figaro pages 11 et 16.

"Le déficit de la Sécurité sociale bien moins lourd que prévu." Le "trou" du régime général est inférieur à 7 milliards d'euros en 2015, contre 9 milliards prévus, devrait annoncer aujourd'hui la ministre de la Santé. Les Echos page 4.

"Maîtrise médicalisée des dépenses : 700 millions à économiser en 2016." La Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) souhaite trouver 700 millions d'euros d'économies en 2016, via la maîtrise médicalisée des dépenses, de santé selon APM News. Les Echos page 2.

Santé

"Le vaccin contre l'hépatite B innocenté." La justice a rendu une décision de non-lieu dans l'affaire du vaccin contre l'hépatite B, soupçonné de provoquer des scléroses en plaques. Le Parisien/Aujourd'hui page 11.

"Quand le virus Zika propage des rumeurs." Pour mieux communiquer sur l'épidémie, l'OMS a conçu un argumentaire pour contrer les idées fausses. La Croix page 16.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)