Loi Travail : le gouvernement joue son va-tout

A quelques heures de la présentation d'une version "corrigée" du projet contesté de réforme du droit du travail, le sujet continue de faire les gros titres de la presse nationale. "Loi Travail : Hollande abat sa dernière carte", titrent Les Echos, qui prédisent, sans prendre trop de risques, que "le chef de l'Etat va lâcher du lest". Variante du Parisien/Aujourd'hui (page 6) : "Manuel Valls abat ses nouvelles cartes." "Jusqu'où Hollande et Valls reculeront-ils ?", s'interroge le Figaro en "une", qui prévoit "une nouvelle mouture déjà critiquée". Enfin, à l'opposé des autres journaux, L'Humanité titre "Allemagne, Italie, Espagne… l'intox sur leurs réformes du travail", et juge que "dans ces pays, la précarisation a fragilisé les économies et le sort des salariés ou des jeunes".

A 14h30 aujourd'hui, le chef du gouvernement, entouré des ministres du Travail et de l'Economie livrera donc aux partenaires sociaux sa nouvelle mouture du projet de loi, présentée comme un "compromis ambitieux". Mais l'exécutif se trouve pris en tenailles entre des attentes difficilement conciliables. D'un côté des syndicats (CGT, FO) réclamant le retrait pur et simple du projet, qu'ils assimilent à un détricotage du Code du travail. De l'autre, un patronat refusant un "affadissement" du texte. "Renoncer serait suicidaire", a prévenu hier le négociateur du Medef, Alexandre Sabot. Entre les deux, des syndicats dits réformistes (CFDT en tête), qui exigent la suppression de plusieurs points.

"Si on enlève les mesures néfastes, très bien. Si ce n'est pas le cas, on ira au clash", a prévenu hier le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, sur iTélé. "Le moment est grave parce que la situation actuelle n'est pas satisfaisante : ce sont cinq millions de chômeurs et deux millions de précaires, un marché du travail qui a du mal à faire la place aux plus jeunes, aux seniors ou aux moins qualifiés, a-t-il dénoncé. C'est pour cela qu'il faut éviter deux impasses : le statu quo ou la déréglementation libérale."

"L'exécutif sait qu'il ne peut se contenter de mesurettes", estime Libération (page 8). Il devra ainsi renoncer au plafonnement des indemnités prud'homales en se limitant à un barème indicatif, tout comme durcir les critères du licenciement économique.

La CFDT souhaite également que le gouvernement supprime toutes les possibilités données à l'employeur de décider seul en l'absence d'accord avec les syndicats. "Pas sûr, cependant, qu'en répondant positivement à la plupart de ces revendications, l'exécutif parvienne à sauver le projet de réforme, estime Luc Peillon, dans Libération. Le mouvement de protestation, qui semble s'inscrire dans une dynamique ascendante, pourrait perdurer jusqu'au retrait du texte."

A lire aussi dans la presse – Médicament : les industriels s'opposent aux déremboursements

S'inquiétant d'un projet de décret prévoyant de supprimer les remboursements aux hôpitaux de certains médicaments (anticancéreux, antirejet pour les greffes du rein…), les entreprises du médicament (Leem) invitent la ministre de la Santé à réfléchir à des "solutions alternatives", révèle Le Figaro-économie (page 23). Le texte entend retirer de la "liste en sus" des produits remboursés, ceux dont l'amélioration du service médical rendu (SMR) est jugée "mineure" ou "inexistante" par la Haute Autorité de santé (HAS), exception faite de ceux dont les indications présenteraient un "intérêt de santé publique" et n'ayant pas d'équivalents "cliniquement pertinents".

Certains hôpitaux pourraient continuer à distribuer ces traitements, soit parce qu'ils en ont les moyens financiers, soit parce qu'ils pourront négocier les prix avec les laboratoires pharmaceutiques, explique Le Figaro-économie. Mais ce n'est pas le cas pour d'autres, comme l'institut Curie, dont le président Thierry Philip a déclaré qu'il ne financerait pas ces traitements, sous peine de mettre en péril l'équilibre financier de son établissement.

Le président du Leem, Patrick Errard, ne conteste pas la volonté de Marisol Touraine de vouloir "réguler économiquement" cette liste de médicaments, mais souhaite être associé à une réflexion avec le ministère pour discuter de certains "points critiques" du décret, avant son entrée en application. Plusieurs associations de patients et de médecins ont également fait part de leurs inquiétudes concernant ce décret, qui a été transmis au Conseil d'Etat en février.

En bref

Social

  • "Grogne des maires contre la réforme hospitalière." L'Association des maires de France (AMF) a écrit au Premier ministre pour protester contre l'absence de concertation sur cette réforme, comprise dans la loi de Santé, qui prévoit notamment la création de Groupements hospitaliers de territoire (GHT). Le Figaro-économie page 23.
  • "Les démissions de chirurgiens inquiètent à l'AP-HP." Cinquante-sept chirurgiens ont quitté l'Assistance publique de Paris en moins de trois ans. Le Monde de dimanche-lundi page 13.

Santé

  • "Essai clinique mortel : les versions s'affrontent." Le laboratoire Bial, le centre d'essai Biotrial et le CHU de Rennes se renvoient la responsabilité du décès d'un volontaire. Le Monde de samedi page 12.
  • "Tabac : un délai de six mois pour le paquet neutre." Après la publication des décrets, prévue pour la semaine prochaine, les paquets de cigarettes neutres pourraient faire leur apparition chez les buralistes dès le 20 mai prochain, selon Le Journal du dimanche page 20.
  • "Cancer de la prostate : surveiller plutôt que traiter." Pour les cancers à faible risque d'évolution, la surveillance active permet de limiter les effets secondaires potentiellement gênants des interventions. Le Figaro santé page 9.
  • "Le pancréas artificiel au secours des diabétiques." Cet appareil va réguler automatiquement la glycémie des malades du diabète, à la place de l'organe défaillant. Le Parisien/Aujourd'hui page 12.

Economie

  • "Réalité virtuelle : la santé, un débouché prometteur." La santé pourrait devenir le deuxième marché de la réalité virtuelle, derrière le jeu vidéo, selon Goldman Sachs. En 2025, le marché de la santé en réalité virtuelle pourrait atteindre 5,1 milliards de dollars en 2025. Les Echos page 23.
John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)