croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Logement des jeunes : une nouvelle résidence mutualiste en Isère

Le Pôle habitat insertion jeunes de la Mutualité Française Isère Ssam a inauguré le 6 avril 2018 la résidence "Les Sables", située à Salaise-sur-Sanne. Les jeunes de 18 à 30 ans peuvent y trouver un toit et bénéficier d'un accompagnement socio-éducatif. Cette structure compte 44 places.

A la résidence "Les Sables", les jeunes de 18 à 30 ans bénéficient à la fois d'un logement et d'un accompagnement socio-éducatif. Cette structure mutualiste est basée dans la vallée du Rhône, à Salaise-sur-Sanne, une commune située à 60 km de Lyon et de Valence, ainsi qu'à 90 km de Grenoble. Elle est gérée par le Pôle habitat insertion jeunes de la Mutualité Française Isère Ssam (Services de soins et d'accompagnement mutualistes) qui compte sept résidences au total, soit 495 places de logement.

La résidence "Les Sables" a été inaugurée le 6 avril 2018 mais ses premiers locataires sont arrivés dès juillet 2017. Cet établissement médico-social dispose d'un agrément qui lui confère le statut de foyer de jeunes travailleurs. "Nous accueillons des jeunes seuls ou en couple, avec ou sans enfants. C'est une spécificité de notre résidence car les foyers de jeunes travailleurs s'adressent généralement à des personnes seules", explique Isabelle Evieux, directrice de la résidence "Les Sables".

Jeunes salariés et en formation

"Notre public principal est constitué de jeunes adultes salariés, par exemple en intérim ou en contrat à durée déterminée, mais aussi de jeunes qui suivent une formation, notamment en alternance", ajoute Isabelle Evieux. Si la durée moyenne du séjour est d'environ huit mois, celle-ci varie d'un mois à deux ou trois ans pour les jeunes qui sont en contrat d'apprentissage.

D'autres publics peuvent cependant être accueillis. La résidence "Les Sables" répond en effet aux besoins du territoire, une zone semi-rurale où il n'existe pas de structure spécifique pour les différents publics qui cherchent un logement. L'établissement apporte donc une solution des demandes d'hébergement temporaires de familles par l'intermédiaire des dispositifs d'hébergement d'insertion du département de l'Isère. En outre, des mineurs isolés étrangers sont hébergés dans le cadre de la mission de protection des mineurs non accompagnés (MNA).

"Reste à vivre" de 300 euros

Sur les 44 places de logements disponibles, 39 appartements meublés sont des studios ou des deux pièces. Deux d'entre eux sont équipés de mobilier accessible aux personnes à mobilité réduite. Cinq autres logements, situés sur le territoire roussillonnais, proposent 3 à 5 pièces pour l'accueil de familles. Les résidents ont à leur disposition une salle collective, une laverie ou encore un parking sécurisé.

Le montant du loyer comprend l'eau, l'électricité, le chauffage, la redevance télé et la taxe d'habitation. Pour un T1, le loyer s'élève à 420 euros par mois, avant obtention de l'aide personnalisée au logement (APL). Pour un T2, ce montant est de 476 euros mensuels avant APL. Une fois le budget du jeune calculé, son "reste à vivre" doit nécessairement atteindre 300 euros par mois.

Aide à l'accès aux droits

Au sein de la résidence, les locataires sont accompagnés dans leur vie quotidienne, que ce soit de façon individuelle ou collective. "Nous les aidons dans leurs démarches administratives et à faire valoir leurs droits, en particulier pour obtenir l'APL ou l'aide mobili-jeunes qui s'adresse aux moins de 30 ans sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation", précise Isabelle Evieux. Les jeunes profitent également de soutiens plus ponctuels, pour prendre une assurance ou tout simplement pour remplir leur déclaration de revenus.

Un contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens a été signé avec l'agence régionale de santé (ARS), ce qui permet de financer des actions visant à améliorer la santé des résidents. "Une sophrologue, qui propose aux résidents des rendez-vous individuels ou collectifs, travaille avec eux sur l'estime soi", rapporte Isabelle Evieux.

Panier de fruits et légumes à 2 euros

"Par ailleurs, notre action santé-alimentation permet à ces jeunes d'acheter un panier de fruits et légumes au prix de 2 euros, alors que son coût réel est de 10 euros", se félicite-t-elle. Un repas préparé par les résidents est organisé tous les mois. "Un comité de résidents se réunit pour faire émerger les priorités de chacun et organiser au mieux le vivre ensemble", poursuit la directrice. Dans cet esprit, des sorties culturelles et des activités sportives communes sont régulièrement au programme.

Pour la directrice de la résidence, l'idée est d'inscrire les jeunes de la résidence dans la vie citoyenne, grâce à des partenariats avec les agriculteurs locaux, les groupements d'entreprise, les associations sportives et de loisirs, etc.

En amont, un important partenariat d'action est mené par la Mutualité avec les services sociaux, les centres de protection maternelle infantile (PMI), les missions locales, les services jeunesse des mairies, les maisons des adolescents, les centres médico-psychologiques et les services de prévention de la jeunesse. Sur le plan financier, le partenariat englobe l'Etat, la région, le département, avec la caisse d'allocations familiales et la communauté de communes.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)