croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les petits services de chirurgie dans le collimateur du ministère

Le ministère de la Santé prévoit des restructurations et des fermetures de services de chirurgie ayant une "faible activité". Ce serait la conséquence d’un plan d’économies basé sur le développement de la chirurgie ambulatoire, rapporte La Croix (page 12).

Les "économies de fonctionnement" dans le domaine de la chirurgie ambulatoire sont évaluées "à environ 600 millions d’euros au total" à l’horizon 2020, précise la direction générale de l’offre de soins (DGOS) du ministère de la Santé, révélait hier Le Figaro (page 28).

Dans un courrier, la DGOS précise aux agences régionales de santé (ARS) que l’objectif est d’atteindre un taux global national de chirurgie ambulatoire de 66,2% à l’horizon 2020, contre 52,5% en 2015.

Selon les statistiques publiées par Le Figaro d’hier à partir de l’outil Hospi Diag, développé par l’Agence nationale d’appui à la performance hospitalière (Anap) et l’Agence technique d’information hospitalière (Atih), 58 établissements se situaient en 2014 sous le seuil des 2.101 séjours de chirurgie par an. Tous ces services ne sont pas pour autant menacés de fermeture. "Le seuil de 2.101 actes n’est pas applicable de façon uniforme", estime, dans Le Figaro, Vincent Kaufmann, directeur adjoint de l’ARS de Basse-Normandie.

A contrario, les hôpitaux et cliniques se situant juste au-dessus de ce seuil pourraient aussi se retrouver dans le collimateur des autorités sanitaires. Avant de décider de leur avenir, les ARS étudieront attentivement les besoins de santé de la population, le contexte géographique et la présence ou non d’effectifs suffisants pour faire fonctionner le service. Mais un principe doit primer sur tous les autres critères : assurer la sécurité des patients.

"Dans la santé, proximité ne rime pas forcément avec sécurité", rappelle, dans Le Figaro, Jacques Trévidic, président de la Confédération des praticiens hospitaliers. C’est particulièrement vrai pour la chirurgie, où comme le répètent les professionnels, "on ne fait bien que ce qu’on fait souvent".

A lire aussi – Ici, pas d’alcool aux moins de 18 ans !

6.000 magasins lancent aujourd’hui une campagne pour rappeler l’interdiction de vente de l’alcool aux mineurs, celle-ci n’étant pas toujours respectée, souligne Le Parisien/Aujourd’hui (page 13). A l’initiative de l’association Avec modération ! et de la Fédération du commerce de proximité, les magasins vont apposer des affichettes dans leurs rayons de boissons alcoolisées. Le message, qui prend la forme d’un logo rouge sur fond noir, indique : "– 18, la vente d’alcool est interdite aux mineurs", suivi de la mention : "Pièce d’identité exigée".

"Annoncer la couleur peut décourager les initiatives d’achat spontané", estime, dans Le Parisien/Aujourd’hui, Virginie Grimault, de la Fédération du commerce de proximité. "C’est une campagne qui vise avant tout les plus jeunes, ceux pour qui un rappel de la loi est assez dissuasif pour qu’ils n’essaient pas de se procurer de l’alcool », explique-t-elle.

A 12 ans, 90% des adolescents déclarent avoir déjà consommé une boisson alcoolisée et près de 59% d’entre eux reconnaissent avoir déjà été ivres. "Une de leurs motivations est l’absence de difficulté à se procurer de l’alcool", souligne Alexis Capitant, directeur de l’association Avec modération !

En bref

Social

– "Des gynécologues dans la ligne de mire des réseaux sociaux." Lors de son congrès, la semaine dernière à Nantes, le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (CNGOF) a répondu à un mouvement de témoignages sur Twitter dénonçant des pratiques déplacées et peu respectueuses. La Croix page 18.

– "Coup d’envoi des négociations sur le compte personnel d’activité." Syndicats et patronats ont débuté les discussions sur un dispositif qui devrait s’appliquer début 2017. Le Monde page 20.

– "Pauvreté : François Soulage chargé du pilotage du plan sur le travail social." Le gouvernement a confié au président du collectif Alerte, le pilotage du plan d’action sur le travail social présenté le 21 octobre en Conseil des ministres. La Croix page 12.

– "Parler à ceux qui sont la racine du problème." En marge de la COP 21, Winnie Byanyima, première directrice exécutive africaine de l’ONG Oxfam, fait le lien entre réchauffement climatique, inégalités et pauvreté. Libération pages 20 et 21.

Santé

– "Recherche volontaires pour un vaccin contre Ebola." L’Inserm recrute 300 volontaires sains pour tester une nouvelle stratégie vaccinale contre le virus Ebola. Le Figaro page 11.

– "Rappel de produits destinés à lutter contre l’allergie." Le laboratoire Stallergenes Greer "procède actuellement au rappel de produits d’immunothérapie allergénique expédiés à partir de son site d’Antony, à compter du 13 août 2015". La Croix page 12.

– "Cirrhose : dernière ligne droite pour Genfit." La biotech française, spécialisée dans le traitement des maladies métaboliques, va débuter la phase III des essais cliniques de l’Elafibranor®. Les Echos page 21.

Economie

– "Les Opticiens mobiles misent sur les lunettes à domicile." Ce réseau vise les 400 opticiens lunettiers diplômés d’ici à 2017. Le Figaro-économie page 26.

– "Pierre Fabre ouvre son patrimoine végétal à un projet novateur." Le laboratoire d’homéopathie Pierre Fabre lance Nature Open Library, un programme qui répertorie 15.000 échantillons végétaux mis en ligne sur Internet. Les Echos page 27.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)