croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les nouveaux traitements du cancer

"S’il n’est pas possible de guérir de tous les cancers, alors on va chercher des médicaments qui permettent de vivre avec et de repousser le plus possible les risques de rechute." C’est, en substance, l’objectif que se sont donné les 35.000 cancérologues actuellement réunis au congrès de l’American Society of Clinical Oncology (Asco) de Chicago.

Selon Le Parisien/Aujourd’hui (pages 16 et 17), cette démarche montre déjà des résultats positifs, par exemple dans le traitement du lymphome folliculaire, une "pathologie du sang ponctuée de rechutes et considérée comme incurable". Traité par le Rituximab® (MabThera), indique le quotidien, ce type de cancer peut connaître une phase de rémission, doublant ainsi les chances de survie des personnes atteintes.

Utilisé pour d’autres cancers, ce traitement intervient en association avec une cure de chimiothérapie, chargée de "bombarder de front" la tumeur. Ce traitement terminé, le Rituximab® est alors utilisé en "entretien", à savoir en perfusion de deux ou trois heures de façon à paralyser les cellules atteintes.

Actuellement, indique Le Parisien/Aujourd’hui, "une demande d’autorisation de mise sur le marché pour une utilisation du Rituximab® en entretien dans le lymphome folliculaire est en cours, elle pourrait bien aboutir d’ici à trois mois".

Grâce aux nouvelles molécules "qui ciblent des protéines ou des récepteurs particuliers responsables de la prolifération des cellules cancéreuses", les chances de survie semblent se multiplier. De surcroît, par rapport aux chimiothérapies, ces nouveaux traitements apparaissent plus supportables pour les patients.

Depuis une décennie, note Jean-François Morère, oncologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), "des dizaines de nouvelles molécules ont vu le jour et ne cessent de se développer en montrant des résultats incroyables sur des pathologies très avancées ». Les 800 000 personnes qui vivent aujourd’hui en France avec un cancer ont par conséquent de quoi espérer.

A lire aussi dans la presse - Les retraites au cœur du congrès de la CFDT

Seul candidat à sa propre succession, François Chérèque devrait être renouvelé à son poste de secrétaire général de la CFDT. Comme l’annoncent tous vos journaux, c’est à l’occasion du 47e congrès de ce syndicat, qui s’ouvre aujourd’hui et se tient pendant toute la semaine, que le leader de la CFDT devrait être élu pour un troisième mandat. Comme l’indique Libération (pages 4 et 5), ce sera certainement son dernier et "certains prédisent même son possible départ à mi-mandat, en 2012".

Devant les 1.500 délégués réunis à Tours, il sera bien évidemment question de la réforme des retraites. Leur financement et la taxation des revenus du capital seront au menu des discussions, relève Le Figaro (page 26), tout comme "les contreparties à exiger à une augmentation de la durée de cotisation".

Si la piste d’un allongement de la durée du travail avait été privilégiée en 2003 par la CFDT afin de rééquilibrer les régimes, il en est désormais tout autrement, note Le Parisien/Aujourd’hui (page 13). En effet, rapporte La Tribune (pages 2 et 3), François Chérèque ne cesse maintenant de marteler que "la CFDT ne peut pas s’engager dans une réforme qui remet en cause les 60 ans". D’après Les Echos (page 4), il s’agit d’"une position que le congrès entérinera sans aucun doute".

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)