croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les mutuelles favorisent l’aide à la complémentaire santé

Pour promouvoir le dispositif d'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé, les mutuelles ont pris une série d'initiatives. Elles informent les bénéficiaires potentiels, les accompagnent et les alertent sur leurs droits. La Mutualité Française soutient ces actions par la diffusion d'informations sur l'aide à l'acquisition d'une complémentaire.

Communication ciblée, accompagnement individualisé, formation spécifique pour les conseillers mutualistes : les mutuelles se mobilisent pour promouvoir l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé. Mais malgré leurs efforts, ce dispositif instauré par la réforme de l'assurance maladie d'août 2004, reste encore mal connu.

Cibler les bénéficiaires potentiels

Les mutuelles informent en premier lieu leurs adhérents qui disposent de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). Parmi ces personnes, un changement de revenu peut faire perdre le bénéfice de la CMUC. "Nous les alertons un mois avant la clôture de leurs droits. Ensuite, nous les appelons afin de les conseiller sur les possibilités qui leur sont désormais ouvertes. Si leur revenu entre dans la limite définie par la loi, nous leur donnons des informations sur l'aide à la complémentaire santé", explique Franck Bonnie, responsable du centre d'appels de la Mutuelle Ociane, située à Bordeaux.

Aller vers les personnes en difficulté

De même, cette mutuelle prend soin de prévenir les bénéficiaires de l'aide à la complémentaire santé avant l'échéance de leur droit : la demande d'aide doit en effet être renouvelée tous les ans par la personne qui en bénéficie. "Il faut entamer la démarche de renouvellement entre deux et quatre mois avant le terme", précise Nathalie Bercu, responsable de la fidélisation à la Mutuelle Ociane.

Autre disposition : la mutuelle Prévadiès (Paris) développera, dès la fin de cette année, une information vers ses adhérents en difficultés financières, notamment "en situation d'impayés", indique Bernard Stéphany, attaché de direction générale de Prévadiès. Leurs soucis financiers peuvent, en effet, traduire une baisse de revenus et donner droit à ce dispositif.

Informer le grand public

Sensibiliser le grand public s'avère plus difficile. "Nous avons du mal à identifier les ayants droit", déplore Bernard Stéphany. Pour y parvenir, les mutuelles mettent en œuvre une batterie de moyens. Premier outil : des dépliants sont mis à disposition du public. Les groupements mutualistes publient également des articles dans leur revue, à l'image du dernier numéro de Mutuel Santé, édité par Eovi Mutuelles Présence (Saint-Etienne).

Dernier axe : les Mutuelles Santé Plus ont créé la fonction d'accompagnateur mutualiste. "Ils sont chargés d'identifier les publics en difficultés et apportent des conseils appropriés !", indique Nathalie Forge, responsable de la communication.

En effet, ces accompagnateurs mutualistes soutiennent les éventuels bénéficiaires pour construire leur dossier de demande d'aide. Ils connaissent bien les circuits administratifs et savent traduire en termes simples les conditions requises et les démarches à faire.