Les mutuelles en campagne contre la taxe Fillon

La Mutualité Française a lancé le dimanche 4 septembre une campagne de protestation contre la hausse de la taxe sur les mutuelles dans la presse nationale et régionale. Son slogan : "L’idée de créer un impôt sur la maladie, c’est une blague ?".

Alerter et mobiliser ! A la veille du débat parlementaire sur le plan de rigueur, la Mutualité Française lance une campagne de communication par voie de presse. Elle s’est ouverte avec la publication d’une page dans Le Journal du dimanche daté du 4 septembre. Son slogan : "L’idée de créer un impôt sur la maladie, c’est une blague ?". Elle vise à souligner le caractère profondément injuste du projet de hausse de la taxe sur les conventions d’assurance (TCA) prévue par le plan Fillon. Cette disposition, qui figure dans le projet de loi de finances rectificative (PLFR), sera débattue au Parlement du 6 au 8 septembre.

Cette campagne se poursuivra tout au long du débat parlementaire dans les principaux quotidiens nationaux et régionaux : Le Figaro, le Monde, Libération, Le Parisien/Aujourd’hui et ses éditions régionales, L’Humanité, Ouest-France, La Dépêche du Midi, Sud ouest, Les Dernières nouvelles d’Alsace, Le Progrès, La Provence, La Voix du Nord, L’Est Eclair, Le Courrier picard, La Montagne.

Mobilisation contre "un choix dangereux"

"Par cette campagne, la Mutualité Française veut montrer à nos concitoyens comme à l’ensemble des parlementaires que le gouvernement fait un choix dangereux pour l’accès aux soins des Français, en particulier les plus modestes d’entre eux, les pénalisant à travers leurs mutuelles", explique le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard.

"Cette campagne accompagne la mobilisation du mouvement mutualiste sur le terrain. Depuis l’annonce de ce plan, toutes les composantes de notre mouvement (unions régionales, mutuelles…) ont pris de nombreuses initiatives pour condamner cette mesure injuste, inéquitable et incohérente", poursuit-il.

Afin de prolonger leurs actions, une proposition de courrier ou de courriel, ainsi qu’un argumentaire, ont été adressés aux responsables des groupements pour sensibiliser leurs députés.

Milène Leroy

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)