croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Les maisons départementales des personnes handicapées ouvrent leurs portes en 2006

Financées par les départements et grâce à la journée nationale de solidarité, les maisons départementales des personnes handicapées ouvrent en 2006. Chargées d'attribuer la nouvelle aide financière aux personnes handicapées, ces maisons facilitent aussi toutes leurs démarches en devenant un guichet unique.

Les démarches des handicapés et de leur famille vont enfin être simplifiées. Depuis le 1er janvier 2006, les premières maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont été créées. D'ici à la fin 2006, il est prévu que ces nouvelles structures soient présentes dans tous les départements, le plus souvent dans les préfectures. Elles ont pour mission l'accueil, l'information, l'accompagnement et le conseil des personnes en situation de handicap et de leur famille. En réunissant au sein d'un même établissement les services, les associations, l'orientation et les aides à la prise en charge, les MDPH deviennent un guichet unique pour tous les handicapés et leurs proches. Elles ont également pour mission de sensibiliser l'ensemble des citoyens au handicap.

"Nous vivons une véritable révolution dans l'aide et la prise en charge des personnes handicapées !", s'enthousiasme le Dr Michel Busnel. Cet ancien médecin coordinateur au centre de rééducation de Kerpape a été chargé de l'organisation de la MDPH du Morbihan, qu'il appelle volontiers "maison de l'autonomie". "Nous disposons aujourd'hui d'un réseau informatique reliant l'ensemble des professionnels du département en charge de la politique du handicap. Ce système nous permet d'avoir un dossier médico-social unique pour chaque personne, ce qui facilite grandement toutes leurs démarches. Dans l'idée, c'est un peu le "dossier médical personnel" des personnes handicapées."

Une nouvelle allocation sur-mesure

Parallèlement à la mise en place des maisons départementales, une nouvelle aide destinée aux handicapés a fait son apparition début 2006. Elle remplace l'allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) qui était allouée à 88.000 bénéficiaires. L'ACTP, qui dépendait de la nature ou du degré du handicap, était attribuée en fonction des revenus. La nouvelle prestation dépend désormais du projet de vie et de l'environnement de la personne, sans condition de ressources. Cette aide a pour objectif de compenser les surcoûts liés au handicap : aménagement du logement, de la voiture, appareillage, aide humaine, technique ou animalière… Pour le gouvernement, il s'agit de faire du "sur-mesure et non du prêt-à-porter."

Pour bénéficier de cette aide, les personnes handicapées pourront, à terme, s'adresser à la MDPH de leur département. Au sein de chaque maison départementale une équipe pluridisciplinaire est chargée d'évaluer, au cas par cas et dans un délai de quinze jours, les besoins financiers de compensation du handicap. La composition de cette équipe (travailleurs sociaux, aides-soignants, médecins spécialisés…) varie en fonction des personnes. Elle permet d'identifier les besoins spécifiques à chaque type de handicap, par exemple : l'achat d'un fauteuil roulant électrique verticalisateur (20 000 euros) ou le dressage d'un chien guide d'aveugle (20.000 euros). En plus des 580 millions d'euros apportés au niveau national par les départements, l'Etat financera cette nouvelle aide à hauteur de 500 millions d'euros. Ces fonds proviennent essentiellement de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), alimentée par la fameuse journée nationale de solidarité.