Les Français plébiscitent la médecine de ville mais jugent devoir trop dépenser pour leur santé

En 2015, une large majorité des Français se dit satisfait du système de soins, révèle le Baromètre d'opinion Drees 2015. Toutefois, ils sont 62% à considérer que les dépenses de santé restant à leur charge sont trop élevées.

"Plus de huit Français sur dix sont satisfaits de la qualité des soins prodigués par les médecins généralistes (88%), les infirmiers (85%), les médecins spécialistes (82%) ainsi que les dentistes et orthodontistes (81%)", indique le Baromètre d'opinion 2015 de la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees) réalisé par l'Institut BVA et publié le 16 février 2016. Par ailleurs, si 73% personnes interrogées estiment recevoir des soins de qualité dans les hôpitaux, elles ne sont que 55% à se déclarer satisfaites des urgences hospitalières.

L'enquête de la Drees met ainsi en évidence le rapport de confiance qui unit une large majorité de Français à leur médecin généraliste. La moitié des personnes interrogées affirme même qu'en matière de santé, elles ne se fient qu'à leur médecin (52%) et que "la première chose qu'elles font quand elles sont malades ou inquiètes pour leur santé est de consulter leur médecin (58%)".

Elles sont également 86% à estimer qu'"en cas de crise sanitaire majeure, on peut avoir confiance dans ce que disent les médecins". Autre indicateur de ce lien privilégié : plus de huit Français sur dix jugent que leur généraliste leur accorde suffisamment de temps (84%) et qu'il donne suffisamment d'informations sur leur état de santé (88%).

Les Français hostiles aux dépassements d'honoraires

Toutefois, 84% des personnes sondées estiment que "les dépassements d'honoraires pratiqués par certains médecins ne sont pas justifiés". Interrogés sur les mesures à mettre en œuvre pour réduire le déficit de la Sécurité sociale, les Français se disent favorables à une limitation des tarifs des professionnels de santé (82%) et à la taxation des fabricants de médicaments (81%).

Une large majorité approuverait également des évolutions dans les pratiques des médecins : "68% souhaitent qu'ils prescrivent moins de médicaments et d'examens et 56% que la prescription de médicaments génériques soit rendue obligatoire", indique le baromètre de la Drees.

Plus généralement, 62% de nos concitoyens considèrent que les dépenses de santé restant à leur charge sont trop, voire beaucoup trop élevées. Ce chiffre atteint même 71% chez les personnes qui ne sont pas couvertes par une complémentaire santé. Et ce reste à charge pèse tout particulièrement sur les ouvriers, les employés et les chômeurs.

Pour en savoir +

Le Baromètre d'opinion 2015 de la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees)

Sophie Lecerf

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)