croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le tabac perd du terrain

"Le tabac tue un fumeur sur deux. L'industrie du tabac compte sur vous pour les remplacer." C'est le slogan, au ton volontairement décalé, du nouveau spot télévisé de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et de l'Alliance contre le tabac, indiquent Les Echos (page 4). Elle est particulièrement destinée aux jeunes chez qui la cigarette "rencontre encore un fort succès".

Cette nouvelle campagne, qui s'achèvera le 9 septembre, met en scène une firme industrielle virtuelle : Toxic corp. En cliquant sur www.toxic-corp.fr, les internautes peuvent visiter cette entreprise, aller fouiller dans le bureau du PDG, consulter des documents réels et voir des extraits du documentaire "Tabac, la conspiration", sorti en salle en avril 2006.

Force est de constater que le renforcement de la lutte contre le tabagisme porte ses fruits. Ainsi, plusieurs enquêtes montrent que l'interdiction de fumer dans la plupart des lieux publics, en vigueur depuis sept mois, a eu des effets bénéfiques. "La proportion des salariés déclarant travailler dans des lieux totalement non-fumeurs est passée de 42% en janvier à 80% en mars", indique l'Inpes, dans Les Echos. En outre, la vente des médicaments d'aide au sevrage tabagique a augmenté de près de 45% au premier semestre 2007, par rapport à celui de 2006 et de 37% au seul mois de juillet.

Enfin, les consultations de tabacologie ont progressé de 14% au premier semestre par rapport à l'année dernière. Rappelons que le décret sur l'interdiction de fumer dans les restaurants, les bars et les discothèques et les casinos entrera en application le 1er janvier 2008. Tout porte à croire qu'il devrait avoir un impact encore plus important sur la réduction du tabagisme.

A lire aussi – Sécu : lutte renforcée contre la fraude


Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2008 sera examiné à l'Assemblée nationale à partir du 23 octobre. Il devrait comporter un volet "lutte contre la fraude". Seraient concernés le travail "dissimulé", qui représente plusieurs milliards de manque à gagner en terme de cotisations sociales, et les fraudes aux prestations de l'assurance maladie, souligne La Tribune (page 29).

Concernant le "travail au noir", le gouvernement pourrait instaurer un redressement forfaitaire de trois à six mois de cotisations aux employeurs fraudeurs. Une autre piste consisterait à renforcer les pouvoirs des inspecteurs du recouvrement des cotisations pour qu'ils obtiennent davantage d'informations sur les employeurs contrôlés. A la manière des agents des services fiscaux autorisés à croiser les fichiers bancaires, d'EDF, de France Télécom…

Pour les abus à l'assurance maladie, la Cnam estime qu'ils ont été multipliés par 15 entre 2005 et 2006 pour atteindre un montant de près de 120 millions d'euros. Une somme qui représente 1% du déficit de la Sécurité sociale, estimé cette année à 11,6 milliards. "La lutte contre la fraude aux prélèvements obligatoires est une mission essentielle, souligne Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes, mais il ne faut pas en faire le remède miracle face aux déséquilibres des finances publiques…"

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)