croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le Planning familial fête ses 50 ans

Le Planning familial fête, ce mois-ci, un demi-siècle de lutte au quotidien pour les droits des femmes. A cette occasion, l’association a organisé un colloque le 8 mars et une journée anniversaire à laquelle participe la Mutualité Française, le 18 mars.

En début d’année, le pharmacien d’un petit village de Moselle refuse de délivrer le Norlevo®, contraception d’urgence – ou pilule du lendemain – à une cliente mineure. Cette affaire, aujourd’hui portée devant les tribunaux, est jugée "exagérée" par le procureur de Metz, selon le quotidien Libération du 6 mars 2006. Ce n’est vraiment pas l’avis du Mouvement français pour le planning familial (MFPF) qui fête, le 8 mars, un demi-siècle de lutte pour les droits des femmes. Le mouvement rapporte, par l’intermédiaire de ses éducatrices de terrain, de nombreux cas de refus similaires. Au risque de confronter des jeunes femmes à des grossesses non désirées ou à un avortement.

De tous les combats

Cinquante années de lutte et encore bien des combats à mener ! Le Planning familial reste indispensable même si, du fait de l’évolution de la société, ses batailles ont changé de terrain. Après le libre accès à la contraception, le droit à l'avortement et, plus récemment, la lutte contre les violences faites aux femmes, il s’agit aujourd’hui d’un combat contre l’homophobie par exemple, le sexisme ou encore contre les mariages forcés.

De la Maternité heureuse au Planning familial

Le 8 mars 1956, la Dre Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé dépose les statuts de "la Maternité heureuse". Cette association, sous couvert de promouvoir la santé de la femme et l’équilibre du couple, milite pour le droit des femmes de décider librement de la naissance de leurs enfants en ayant recours à la contraception. Cinquante ans après, la Maternité heureuse, devenue en 1960 le Planning familial, présente à son actif la légalisation de la contraception en 1967, puis la dépénalisation de l’avortement en 1974.

Des avancées fragiles

Malgré ces deux victoires majeures contre les préjugés, la frilosité des politiques, l’Eglise catholique et l’Ordre des médecins, le MFPF insiste sur ces avancées fragiles. La contraception, l’avortement, l’éducation sexuelle, le sida ou encore les violences conjugales figurent parmi les nombreux thèmes abordés lors du colloque organisé le 8 mars, à la BNF, ou à l’occasion de journée anniversaire du 18 mars, à la Maison de la Mutualité. Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité Française, doit intervenir pour rappeler, notamment, l’engagement historique des mutuelles aux côtés du Planning.

Liberté, sexualités, féminisme

Profitant de son 50e anniversaire, le MFPF a également publié un livre intitulé "Liberté, sexualités, féminisme, 50 ans de combat du Planning pour les droits des femmes". Cet ouvrage, paru le 9 février 2006 aux éditions La Découverte, est nourri de témoignages de militantes et revient sur les nombreux combats livrés par le Planning. Il décrit la situation des femmes au début du XXe siècle, une époque où elles avaient essentiellement le "devoir d’enfanter". Le livre raconte surtout "le drame des avortements clandestins", qui ne cessera qu'avec le vote de la loi Veil et rappelle que 3 500 femmes par an sont encore contraintes de se faire avorter à l'étranger.