croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le parcours de santé mutualiste entre en action

Le 30 septembre, 1.168 délégués mutualistes se sont réunis en assemblée générale, à la Maison de la Mutualité à Paris. A cette occasion, le dispositif de mise en oeuvre du parcours de santé mutualiste a été présenté. Dans un premier temps, il doit porter sur quatre domaines : le cancer, les addictions, les maladies cardio-vasculaires et la dépendance. Les premières propositions devraient voir le jour mi-2007.

Seulement trois mois après le congrès de Lyon, qui a jeté les fondations du parcours de santé mutualiste, la Mutualité Française se lance dans l’élaboration concrète de son projet phare. Lors de son assemblée générale qui s'est tenue le 30 septembre, elle a réaffirmé sa volonté de tordre le cou aux discriminations qui perdurent dans l'accès à des soins de qualité pour tous. "On ne peut pas concevoir une société, dans laquelle, face à la maladie, certains auraient plus de chance que d'autres et pourtant, c'est malheureusement le cas", a déploré, Jean-Pierre Davant, président de la Mutualité Française, à cette occasion. Le parcours de santé mutualiste "sera à terme, pour des millions d’individus, une relation nouvelle avec le système de soins qui accroîtra les chances face à la maladie, devra déboucher sur plus de bien-être et donc plus de justice", a-t-il déclaré.

C'est autour du cancer, des addictions, des maladies cardio-vasculaires et de la dépendance que le parcours de santé mutualiste va commencer à se mettre en place. "Des projets ont d’ores et déjà été élaborés dans le domaine des cancers et des addictions", a annoncé le directeur général de la Mutualité Française, Daniel Lenoir, lors de l'assemblée générale.

Des services d'information téléphoniques pour le cancer et les addictions

Concrètement, une plate-forme d'information téléphonique sur le cancer va guider les adhérents des mutuelles. En matière de cancer, le parcours de santé mutualiste permettra ainsi d'informer, d'éclairer les adhérents, de les accompagner en cas de maladie vers des prises en charge de qualité. Il contribuera également à promouvoir le dépistage, tout en facilitant l’action du médecin traitant.

Une seconde plate-forme d'information sur les addictions doit également voir le jour. Une expérimentation de partenariat avec de jeunes médecins généralistes, spécialement formés, va être prochainement menée. Ce partenariat vise à mettre en place des consultations personnalisées pour orienter les victimes d'addictions vers des soins organisés. Dans ces deux domaines, d'autres projets sont également en cours d’élaboration. Ils concernent notamment la prévention, le dépistage et l'accompagnement.

Si la réflexion est moins avancée dans le champ cardio-vasculaire et celui de la dépendance, des initiatives sont néanmoins à l’étude ou en cours d’expérimentation. Pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires, les réflexions portent sur "le bon usage du médicament, sur la prévention et l'éducation thérapeutique", a souligné Daniel Lenoir. Dernier sujet : la dépendance. Elle sera abordée sous l'angle de l'accès aux soins, la couverture des besoins liés à la personne, la prévention et l’accompagnement. Ces premières propositions devraient voir le jour mi-2007.