Le ministre de la Santé ne dérembourse aucun médicament insuffisant

Contrairement à l'avis des experts scientifiques de la Haute Autorité de santé, le ministère de la Santé maintient le remboursement des médicaments insuffisants. Une décision "inappropriée", selon le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a annoncé une baisse de la prise en charge par la "Sécu" de 41 médicaments, dont des antidiarrhéiques, des médicaments contre la toux et certaines affections ORL.

Le remboursement de ces médicaments passera de 35% à 15% au 1er janvier 2007, pour une durée d'un an. Ils seront totalement déremboursés le 1er janvier 2008.

Les vasodilatateurs, médicaments utilisés dans le traitement des troubles de la mémoire des personnes âgées, vont continuer à être pris en charge à hauteur de 35%, a annoncé le ministre. En contrepartie, leur prix sera baissé "jusqu'à 20%", s'est engagé Xavier Bertrand.
 Ces médicaments font partie des 89 produits qui ont été soumis à l'évaluation de la Haute Autorité de santé (HAS). Dans leur avis, rendu public le 19 octobre dernier, les experts scientifiques de la HAS ont jugé que ces médicaments ne présentent pas un service médical rendu suffisant pour justifier leur prise en charge par la Sécurité sociale.

Une décision "inappropriée"
Suite à la décision du ministère de la Santé, le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant, regrette que le ministre de la Santé n'ait pas suivi l'avis de la HAS : "Cette décision est d'autant plus inappropriée, ajoute-t-il, que la HAS proposait des solutions alternatives au non remboursement de ces médicaments."

Pour Jean-Pierre Davant, ces dernières mesures ne sauraient remettre en cause les principes et les décisions arrêtés par la Mutualité Française il y a un an : "Les médicaments à SMRI ne doivent plus être remboursés, ni être délivrés sur prescription médicale obligatoire."
Concernant les médicaments qui seront remboursés à 15%, la Mutualité Française proposera donc aux mutuelles adhérentes de suivre l'avis des personnalités médicales et scientifiques de la HAS, en ne prenant pas en charge leur remboursement.

Enfin, Jean-Pierre Davant réunira le Conseil des mutuelles santé (CMS) en novembre pour statuer sur l'opportunité de continuer ou non à rembourser les vasodilatateurs.

En savoir + :
 Médicaments insuffisants : troisième vague de déremboursement