Le ministère de la Santé lance une campagne contre l’alcoolisation excessive des jeunes

Le ministère de la Santé part en campagne contre la consommation excessive d'alcool chez les jeunes. Des spots télé et radio sont diffusés pendant l'été, du 18 juillet au 24 août. Roselyne Bachelot a également annoncé une série de mesures pour 2009 dont l'interdiction de la vente d'alcool aux mineurs et des "open bar" étudiants.

Une fête sur une plage idyllique qui tourne au cauchemar : c'est le thème retenu par le ministère de la Santé pour sensibiliser les jeunes aux risques liés à une consommation excessive d'alcool. Les spots de cette nouvelle campagne de sensibilisation sont diffusés du 18 juillet au 24 août à la radio, au cinéma et à la télévision.

Ces messages montrent les conséquences parfois dramatiques d'une alcoolisation extrême : comportements violents, accidents, comas éthyliques, rapports sexuels non protégés ou non désirés... Une pratique aussi connue sous le nom de "binge drinking", un terme anglo-saxon qui décrit les fêtes pendant lesquelles les jeunes cherchent à s'enivrer le plus rapidement possible. Le site Internet www.boiretrop.fr a également été mis en ligne le 18 juillet par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), pour une durée d'un mois. Il illustre lui aussi les risques d'une alcoolisation excessive dans un cadre festif. Une brochure sera également distribuée cet été dans les auberges de jeunesse.

Interdiction de la vente d'alcool aux mineurs

Parallèlement à la présentation de cette nouvelle campagne, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a annoncé une série de futures mesures contre l'alcoolisation précoce. Il s'agirait d'interdire la vente d'alcool aux mineurs dans tous les lieux publics et les commerces : épiceries, grandes surfaces, magasins de spiritueux... Les soirées étudiantes "open bar" où l'on distribue de l'alcool à volonté moyennant un droit d'entrée, sont aussi visées. Enfin, la consommation d'alcool sur la voie publique à proximité des établissements scolaires serait également prohibée. Ces mesures figureront dans la loi "Santé, patients, territoires", qui devrait être votée cet automne pour une entrée en vigueur en 2009.

Ces annonces interviennent suite aux résultats inquiétants de la dernière enquête Escapad (enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la défense). Ainsi, entre 2004 et 2007, le nombre d'hospitalisations pour ivresse chez les moins de quinze a augmenté de 50%. Autre constat : un jeune de 17 ans sur deux déclare avoir été ivre au cours des douze derniers mois. L'alcool reste la première cause de décès chez les jeunes hommes en Europe.

Philippe Rémond

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)