croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Le diabète, progression de l’épidémie dans les pays pauvres

"Le nombre de diabétiques augmente non seulement du fait de l'accroissement de la population, mais aussi de celui des facteurs en cause, à commencer par le surpoids : plus d'un adulte sur trois est en surpoids et plus d'un sur dix est obèse", constate Etienne Krug, directeur du département de prévention des maladies non transmissibles de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cité dans Le Monde. Depuis 1980, indique le quotidien, la proportion de la population mondiale touchée par cette affection a presque doublé : de 4,7%, elle a grimpé à 8,5%.

"Le diabète multiplie par deux à trois le risque de maladies cardiovasculaires et par dix à vingt celui d'amputation, ajoute le Dr Krug. Or, une détection précoce et une prise en charge rapide peuvent largement contenir le développement de ces complications."

Le pourcentage de décès dus à l'hyperglycémie ou au diabète survenant avant l'âge de 70 ans est plus élevé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé, observe l'OMS.

"Au début des années 1980, explique le Dr Krug, la prévalence du diabète la plus importante se retrouvait dans les pays à revenu élevé. A présent, c'est l'inverse. Les taux les plus élevés se rencontrent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire." Pourquoi de telles disparités ? Celles-ci, écrit Le Monde, sont liées au niveau économique du pays et aux inégalités à chaque étape : prévention de la maladie, diagnostic et traitement.

"Un seul pays à revenu faible ou intermédiaire sur trois indique que les établissements de soins de santé primaires sont généralement dotés des technologies les plus essentielles pour le diagnostic et la prise en charge du diabète", confirme l'OMS. Les coûts directs pour les systèmes de santé et les économies nationales explosent : ils sont évalués à 726 milliards d'euros par an. La Fédération internationale du diabète a calculé que le coût total des soins pour cette maladie a plus que triplé en dix ans (2003-2013). En cause : l'augmentation du nombre de diabétiques, mais aussi du coût des dépenses de prise en charge de chaque malade.

A lire aussi dans la presse

Santé

Economie

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)