Le dépistage des troubles de l’audition

Vous faites souvent répéter vos interlocuteurs. Vous avez du mal à suivre une conversation à plusieurs ou dans le brouhaha d’une brasserie. Vous augmentez de plus en plus le volume de la télé et vos proches se plaignent du bruit ! Il est temps de vous préoccuper de votre audition.

Les tests auditifs

Informé de votre gêne auditive, votre généraliste vous orientera vers un ORL (oto-rhino-laryngologiste). Le spécialiste commencera par vous questionner sur les troubles ressentis et sur vos éventuels antécédents ORL, tels que les otites à répétition. Puis, pour vous soumettre à des tests auditifs, il posera un casque sur vos oreilles. Relié à un ordinateur, ce casque lui permettra de déterminer le son le plus faible que vous entendez. Ensuite, en diminuant progressivement le volume, il vous fera écouter des mots qu'il vous demandera de répéter pour vérifier ce que vous entendez.

Qui est concerné ?

Au-delà de 60 ans, une personne sur deux souffre d'une perte auditive significative. Il est conseillé de consulter un spécialiste dès le début de la soixantaine, car plus on est jeune, mieux on s'adapte aux appareils et à la perception des sons "oubliés".

Analyse des résultats

Les tests permettent au spécialiste de dessiner des courbes déterminant votre niveau d'audition : c'est l'audiogramme. Il vous présentera ces résultats et les situera par rapport à une audition normale en vous indiquant le degré de votre perte auditive.

De nouveaux appareils très performants

Si l'audiogramme montre une baisse d'audition, l'ORL prescrira le port d'appareils auditifs. Ils sont désormais très discrets et la numérisation du son permet de détacher la parole du bruit ambiant.

La prévention

On doit commencer dès le plus jeune âge à se protéger des facteurs de risque. Et ce, même en l'absence de signaux d'alerte significatifs, car la perte d'audition est le plus souvent progressive. "Il faut toujours penser à se protéger les oreilles en cas d'exposition intense au bruit", insiste Bénédicte Oudin, audioprothésiste à la Mutuelle de la RATP. Il faut, par exemple, limiter le volume de son MP3, utiliser des bouchons d'oreilles et s'éloigner des haut-parleurs lors des concerts de rock.

La prise en charge par la Sécurité sociale

Le dépistage chez l'audioprothésiste est gratuit. La consultation d'un ORL sur orientation du médecin traitant est prise en charge à 70%, moins le prélèvement forfaitaire de 1 euro.

Un appareil auditif numérique coûte de 1.200 à 1.750 euros par oreille. Au-delà de 20 ans, sur prescription médicale et une fois par an, la Sécurité sociale ne rembourse que 199,71 euros par oreille.

Nadine Allain

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)